Asie

Où manger à Singapour ?

SINGAPOUR – Frederick Chen est un spécialiste de la cuisine singapourienne. Il nous a conduit vers les adresses les plus authentiques et bon marché de la Cité-État, celles fréquentées par les locaux. Petit guide gastronomique.

Singapour, food court

« Tout ce que tu fais à Singapour, c’est manger. Les gens sont fous de nourriture,
le meilleur de toutes les gastronomies y est disponible dans une ambiance de grand marché ambulant. »

Anthony Bourdain

« Quand l’appétit va, tout va »
Obélix

Photographe amateur (son compte flickr vaut le coup d’œil), passionné par l’histoire, l’architecture et la culture de son pays, Frederick Chen arpente sans cesse Singapour, en quête de nouveaux clichés… et d’adresses authentiques et gourmandes. Car le gaillard adore manger. Sans doute autant que nous.
Durant une semaine (lire aussi notre article Singapour, on n’est pas contre), Fred va nous guider de table en table, dans les petits restaurants authentiques, ceux que fréquentent les locaux, au quotidien. À la découverte de l’incroyable diversité de la gastronomie locale, à la fois typique et riche de multiples influences, d’Asie, d’Europe ou d’Amérique. D’ailleurs, la plupart des grands chefs de la planète ont une adresse à Singapour. Singapour la gastronome. Mais pas besoin de faire la course aux étoiles pour se régaler. Bon, de toute façon, c’était pas vraiment dans notre budget.  

On partage, à notre tour, les meilleures adresses de la ville. Avec des prix hors compétition. Ici, pas d’attrape touriste : parole de Singapourien.

 

1 – Le chili crab, le « plat national »

Singapour, Chili crab

C’est le plat local, celui qui n’est ni chinois, ni malais, ni indien, mais tout ça à la fois. Parce que Singapour est une jeune République et parce que chaque communauté y apporte une forte influence culinaire, il n’est pas facile de trouver des plats 100 % locaux. Le chili crab fait partie des exceptions, il a été promu « plat national » par le bureau touristique de la ville. Alors forcément, il faut y goûter à ce crabe préparé dans une sauce tomate et piment. Le tout est assez relevé, il faut le reconnaître (paradoxe : les Singapouriens ne sont pas forcément amateurs de « plats qui piquent »). 
Pour le déguster comme un local : mangez avec les doigts !

L’ADRESSE : Bang Leong wah hoe seafood, 122 Casvrina Road (près de Lower Peirce reservoir). Le restaurant, un peu excentré, est très prisé par les familles aux origines chinoises. Réservation conseillée. Idée de commande (copieux pour trois) : un chili crab accompagné de petits pains (pour saucer !), un plat de supions et des ailes de poulet panées, le tout à partager. Pour un total de 85 dollars singapouriens avec les boissons (53 euros).

 

2 -Un petit dej’ dans la tradition

Singapour, kaya toast

Ce petit déjeuner-là est bel et bien singapourien. Et à première vue,  l’association des différentes saveurs est originale, sinon inquiétante. Deux œufs mollés, du pain de mie (toasté ou cuit à la vapeur) tartiné de kaya (confiture de lait de coco, mélangé à de l’œuf et de l’extrait de pandan) et de beurre, le tout accompagné de kopi (café local). 

Pour le manger comme les locaux : tremper le toast directement dans le mélange d’œufs que vous aurez au préalable assaisonné de poivre et de sauce soja. Croyez le ou non, c’est délicieux !

L’ADRESSEDa zhong café, Hainanese village center, Blk 105, Hougang Ave 1. Vous ne pouvez pas vous tromper : tous les matins dès la première heure (ouvert de 5 heures à 14 heures), une file d’attente se forme devant le petit stand pour commander les « meilleurs » kaya toast de la ville. Ça fait 30 ans que l’adresse existe et ne désemplit pas. Et les prix sont plus que corrects. Comptez environ 5 dollars par personne (3,15 euros) pour la formule complète.

Profiter d’une visite dans ce food court pour déguster une autre spécialité locale : le gâteau de carotte frit ou carrot fingers. Sous forme de grosses frites rectangulaires, ce petit encas (2 dollars les 16 pièces, 1,25 euro) est à dénicher chez Dong Jin Yuan Dian Xin

 

3 -Le meilleur de Hong-Kong

                                

La gastronomie de Hong-Kong ? Elle est idéale pour les soirées entre amis, autour d’une table qui déborde d’encas à partager. Des buns (petits pains fourrés), des raviolis, des nouilles et bien d’autres choses… Lors de notre soirée de retrouvailles, Fred, que l’on n’avait pas revu depuis notre rencontre sur les rives du lac Baïkal, nous a proposé de goûter les spécialités honkongaises. Et par la même occasion de tester un met qu’il affectionne particulièrement : les pieds de poule (phoenix claw). Aïe. Ne pouvant plus reculer, on a croqué… Honnêtement, on n’est pas fans (vidéo ci-dessus). Heureusement pour nous, le restaurant propose des dizaines d’autres bonnes choses à la carte.

L’ADRESSE : Swee choon dim sum, 183-191 Jalan Besar. Ouvert de 18 h à 6 h du matin, le lieu (qui fait quand même tout un pâté de maisons) est toujours plein. Il vous faudra souvent faire la queue pour manger. Comme à La Poste : récupérer un ticket-numéro ; un écran vous appellera quand ce sera votre tour (on peut également vous prévenir par sms si vous avez une course à faire). Le résultat mérite de patienter un peu. Idée de commande : siew mai et hargao (raviolis) ; mee sua kuen (gâteau aux nouilles) ; cha siu bao (bun au porc) ; liu sua bao (buns aux oeufs et à la crème). Un repas à partager, bon et copieux, qui vous reviendra à environ 10 dollars par tête (6,25 euros).

 

4 – Envie d’un indien ?

Des parathas croustillants pour le petit-déjeuner 

Singapour, parathas

Ce n’est pas le déjeuner le plus léger, mais les amateurs de saveurs indiennes se régaleront avec de croustillants parathas nature, champignon ou oignon, à tremper allègrement dans diverses préparations (légumes, dahl ou viande). Les Singapouriens n’hésitent pas, quand ils ont envie de commencer la journée en fanfare.

L’ADRESSE : Mr and Mrs Mohgan’s, Poh Ho Restaurant, 7 Crane Road.  Prenez une petite table, commander vos parathas, préparés sous vos yeux par Mr Mohgan lui même (tous les jours jusqu’à 10 heures en règle générale). En attendant qu’ils soient prêts, buvez un petit thé façon « chai ». Moins de 5 dollars (3,10 euros) par personne (sans boissson).

L’inimitable biryani pour le déjeuner

Singapour, biryani au pouletSi vous avez déjà voyagé en Inde, vous connaissez forcément le biryani. Agrémenté de mouton ou poulet, de légumes ou d’oeuf, ce riz épicé est un classique de la gastronomie hindou. Si ce plat vous est inconnu et que vous voulez profiter de votre séjour singapourien pour le tester, rendez-vous dans Little India où les restaurateurs affichent quasiment tous le biryani à leur carte ! À manger avec la main, la droite bien sûr.

L’ADRESSE : Yakader muslim food, Tekka Center (grand marché au coeur de Little India), Buffalo Road. Là-aussi il faut faire la queue devant le stand. Mais le service, sur feuille de bananier, reste assez rapide. Plat copieux. Prix : 5 dollars (3,10 euros) le plateau. Œuf en supplément.

 

5 – À la découverte des spécialités malaisiennes  

Le nasi lemak, un classique

Singapour, nasi lemakCe plat traditionnel est préparé à base de riz bouilli dans du lait de coco. Il est généralement servi avec des rondelles de concombre, des anchois séchés (ikan bilis), des cacahuètes rôties, du sambal ou des légumes marinés. Le tout accompagné de viande et d’œuf dur. Un plat complet !

L’ADRESSE :  Selera Rasa, Adam road food center, 2 Adam Road. Beaucoup diront que vous trouverez ici, à proximité du jardin botanique, le meilleur nasi lemak de Singapour. La preuve : le premier ministre malaysien est venu en personne (plutôt son chauffeur l’a fait pour lui) commander la spécialité maison. Depuis, la file d’attente a doublé le midi… Pas cher, plutôt bon et bien copieux. Assiette à 4 dollars (2,50 euros). 

Le rojak, sacré mélange éclectique

Singapour, rojak (à gauche)En malaisien, rojak signifie mélange. Et c’est bien un mot qui parle aux Singapouriens. Ils vous diront que ces ingrédients reflètent la diversité culturelle de la ville, chacun ajoutant une saveur différente qui, finalement, s’harmonise parfaitement avec les autres. Un met servi salé ou sucré, mais souvent les deux à la fois.

L’ADRESSE : Toa Payoh Rojak, Old airport road food centre. Dans un grand food court, connu de tous les Singapouriens. Ce rojak est si célèbre qu’il possède son distributeur de tickets de file d’attente. Entre 5 et 7 dollars le plat (de 3,10 à 4,40 euros). 

 

6 – Le meilleur de la gastronomie chinoise

Le bak kut teh, la fameuse soupe au thé

Singapour,

La forte communauté chinoise de Singapour (plus de 70% de la population du pays) continue de préparer le meilleur de la cuisine de l’Empire du milieu. Mais les familles ont aussi développé une cuisine chinoise propre à l’île. Parmi ces spécialités : le bak kut teh. Ce plat, que l’on traduit littéralement par « viande-os-thé » est préparé à base de travers de porc, dans un bouillon d’herbes et d’épices. Malgré son nom, le thé ne fait pas partie des ingrédients. À Singapour, il n’est pas rare de déguster des bak kut teh à base d’abats.

L’ADRESSE : Ng Ah Sio Bak Kut teh, 208 Rangoon road. Ce grand restaurant, créé en 1988, serait l’un des pionniers de la ville en matière de bak kut teh. Aujourd’hui, il compte trois autres adresses en ville. Prévoyez 10 dollars par personne (6,25 euros). Et n’oubliez pas de commander une tasse de thé pendant le repas.

La populaire soupe de nouilles au poulet

Vous ne savez pas quoi manger ce midi ? Idéal pour le déjeuner, la soupe de nouilles jaunes au poulet (minced noodles soup) ou bak chor mee est un classique des cafés singapouriens. Chaude, consistante, pleine de saveurs – et souvent à des prix qui défient toute concurrence –  elle est l’un des encas préféré des locaux.

L’ADRESSE :  Jalan Tua Kong – Soy Eu tua, 15 upper east coast road. Idée de pause sur la route de l’aéroport. La soupe est à 3,5 dollars (2,20 euros).

 

7 – Un repas thaï, s’il-vous-plaît

Singapour compte (aussi) une communauté thaïlandaise, qui possède en ville son propre « centre commercial ». Une adresse où chaque famille thaï retrouve tous les produits importés du pays, indispensables pour concocter leur plats traditionnels. C’est l’adresse qu’il faut retenir si vous avez envie d’un padthaï, d’un curry vert ou d’un mango sticky rice.

L’ADRESSE : Diandin Leluk Thai Restaurant, 5001 Beach Road. Le restaurant est fréquenté en grande majorité par les Thaïlandais de Singapour eux-mêmes. Ça a le goût de la Thaïlande, « en moins épicé » vous explique-t-on, pour s’adapter aux papilles singapouriennes. Repas complet pour trois avec desserts (oui le mango sticky rice est à la hauteur de ceux de Bangkok) : 55 dollars (34 euros).

 

8 – Et côté sucré ?

Des desserts glacés pas comme les autres 

Singapour

Assez éloignés de l’idée française du dessert classique, les mets sucrés et glacés populaires dans la Cité-État sont surprenants. Le red ruby au tapioca et à la noix de coco, le liu mang bing au durian et à la mangue… Peu importe celui que vous choisissez, la texture vous étonne. Et vous rafraîchit, ce qui n’est pas négligeable sous les 30° de Singapour. 

L’ADRESSE : Jin Jin Desert, ABC Brickworks Market & Food Centre, 6 Jalan Bukit Merah Lane 1. Pour choisir, c’est facile, tous les desserts sont en photos sur le stand. Moins de 5 dollars (moins de 3,10 euros).

 

Des rice balls en dessert

Singapour, peanut soupEncore une soupe. mais cette fois-ci, elle est sucrée. Dans une mixture d’amandes, de gingembre ou de cacahuètes (sucrée mais pas trop) flottent de petites boules à base de riz (tāngyuán). C’est l’un des desserts préférés des vieux chinois.

L’ADRESSE : Ah balling peanut soup,  Golden Mile Food Centre, 505 Beach Road. Un secret qui se transmet de génération en génération. Deux dollars (1,25 euro) les cinq boules.

 

Suprise : un kouign-amann version singapourienne

Singapour, kouign-amann

La Bretagne vous manque ? Envie d’un bon gâteau comme on sait si bien les faire dans l’Hexagone ? Bref, si vous avez le mal du pays, cette adresse est faite pour vous. Outre le kouign-amann, nature ou chocolat, la vitrine expose de nombreuse pâtisseries, toutes plus belles les unes que les autres. 

L’ADRESSE : Tiong Bahru Bakery, 310 Orchard Road. Il existe deux autres adresses en ville. On notera au passage que si les prix des gâteaux sont corrects (3 à 5 dollars, de 1,90 à 3,10 euros), la baguette se chiffre elle à plus de 4 dollars (2,50 euros). Mais elle est très bonne. 

Une autre adresse de boulangerie à retenir : Crown bakery café, 557 Bukit Timah Rd. Idéal pour une pause salé ou sucré en allant visiter le Botanic garden. A tester : leur petits pains aux nombreuses saveurs. De 2 à 5 dollars.

 

9 – Et qu’est-ce qu’on boit ?

Le thé indien le plus vieux de la ville

Ne cherchez pas son enseigne, ce petit commerce sans prétention n’a pas besoin de nom pour faire le plein de clients. Sa réputation s’est forgée grâce au bouche-à-oreille. Les habitués sont là, tous les jours, pour boire leur thé indien, et ça depuis de longues années. Difficile de donner un âge à cette petite échoppe, mais la longue barbe blanche de son fondateur en dit long sur son histoire. S’il a délégué le service, le vieux monsieur traîne toujours dans les parages. 

L’ADRESSE : prendre la rue piétonne face à la Mosquée du Sultan. Une fois au bout, prendre à gauche sur Pahang street. C’est la dernière échoppe sous les arcades, avant Muscat street. Un à deux dollars (de 0,60 à 1,20 euro). 

 

Le Nylon : expresso, latte ou cappucino au choix 

Singapour, café au NylonMarre du mauvais black coffee à l’américaine, que l’on vous sert dans toutes les chaînes de café de la ville ? Voilà une adresse à retenir : le Nylon. Cachée au pied d’un immeuble d’Everton Park, cette jolie boutique branchée est l’endroit où se retrouvent tous les vrais amateurs de café. 

Anecdote. Pourquoi « Nylon » ? Le café contracte les noms des deux villes où a résidé le couple qui a ouvert la boutique. Londres et New York.

L’ADRESSE : Nylon4 Everton Park #01-40. Pas facile à trouver, aidez-vous du plan donné sur le site internet. Entre 3 et 5 dollars (1,90 à 3,10 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *