Chine

Chine : la Grande Muraille sans les touristes !

CHINE – Attention bon plan ! On vous dit comment découvrir la Grande Muraille de Chine seuls, sans les touristes.

Chine, Jinshanling, Grande Muraille

La Grande Muraille rien que pour nous. Un moment magique, inoubliable, hors du temps. Un rêve finalement assez facile à réaliser. Un vrai bon plan, surtout (lire les détails en fin d’article).

                                     

Pour éviter les hordes de touristes qui grimpent tous les jours sur le mur par milliers, parfois en téléphérique, à Badaling (portion “refaite”, la plus célèbre de la Grande Muraille, à 70 km de Pékin) ou ailleurs, il faut rejoindre le petit village de Dongpo, perdu dans les montagnes, à près 150 km de la capitale.

Ici pas de route goudronnée mais une simple piste pour rallier l’unique guesthouse du patelin. C’est le frère de la maîtresse de maison qui nous récupère à la sortie du bus. Il baragouine quatre mots d’anglais, le nécessaire pour nous expliquer qu’il faut attendre 10 min la sortie de l’école, embarquer ses deux garçons, avant de grimper à Dongpo. On l’écoute d’une oreille distraite. Depuis la sortie du bus, la Grande Muraille, dans sa portion dite de Simataï, se dresse sous nos yeux. Magique. 

GÉANTE, OUI. MAIS NON, ON NE LA VOIT PAS DEPUIS LA LUNE
Elle n’a pas d’équivalent. C’est la construction la plus importante jamais réalisée par l’Homme. Sa réalisation aurait coûté la vie à un million de personnes. La Grande Muraille de Chine, bâtie entre le IIIe siècle av. J.-C. et le XVIIe siècle servait à protéger la frontière nord du pays. Sa longueur ? Elle varie en fonction des sources. Selon un rapport de 1990, la longueur totale des murs serait de 6 700 km. En avril 2009, l’Administration d’État chargée du patrimoine culturel, ayant utilisé des technologies de mesure plus récentes, déclarait “une longueur de 8 851,8 km dont 6 259,6 km de murs, 359,7 km de tranchées et 2 232,5 km de barrières naturelles, telles des montagnes ou des rivières”. Mais non, elle n’est pas visible depuis la Lune. Ce vieux mythe a récemment était démenti.

 

Nous voilà arrivés, on est les seuls clients du jour. Une cour, quelques baraquements et le sourire de Madame Liu. L’endroit est simple, sans prétention. Les chambres, sans confort. On n’est pas là pour ça. La seule chose qui nous intéresse se dresse là, devant nous. Et même si le temps est brumeux, on ne se lasse pas de LA regarder. Maintenant confortablement installés sur la terrasse, bière à la main et cacahuète sous la dent. C’est ça, le bonheur ?

18 h 30, topo de la situation. Une grande partie de la portion de Simataï est actuellement en travaux et donc fermée au public. Dans les tours au-dessus du village, un garde veille et en interdit l’accès en dehors des zones balisées et des heures d’ouverture. Notre hôte (qui parle anglais, mais attention, avec un accent assez déstabilisant) nous propose pour l’instant, à défaut de pouvoir grimper sur la Grande Muraille, de nous balader jusqu’au hameau de Dongpo, quelques centaines de mètres plus haut, pour profiter du coucher de soleil. 

Gare au garde !

Chine, Jinshanling, Grande MurailleDans le village, on rencontre Lula, petite fille intrépide, sous la garde de ses grands-parents. C’est sa mère qui gère notre guesthouse, elle est occupée à cuisiner pour nous, plus bas…  On joue un peu avec la gamine. La nuit va tomber, il est temps de rentrer. Sur la terrasse, nous attend déjà un délicieux dîner. Face à nous, ELLE est là, toujours. 

Avant de nous coucher, petit point sur le programme du lendemain : réveil 4 heures et un bonne demi-heure de grimpette pour assister au lever du soleil depuis la Grande Muraille. Mais attention, le garde veille dans l’une des tours… Il faut réussir à l’éviter.

La nuit est courte. L’excitation est à son comble. Le ciel sera-t-il clair ? Le garde va-t-il nous voir ? Bien couverts, à la lumière de nos frontales, que l’on éteindra très vite, on gravit, à travers bois, le petit chemin escarpé jusqu’à la fortification. Premier pas sur la Muraille : ça y est ! Oui, c’est émouvant.
On grimpe jusqu’à la seconde tour de guet, s’éloignant au maximum de la position supposée du garde… Mais on passe sous une caméra, qui se met à clignoter. Nous a-t-elle repérés ? L’air innocent, on continue à monter puis on s’installe dans des marches, au pied d’un des belvédères, pour profiter du spectacle. Seuls au monde. Des kilomètres de site pour nous tout seuls. Et le jour qui pointe son nez.

Chine, Jinshanling, Grande Muraille

Bientôt 5 h. Bientôt le soleil et bientôt… le garde ! Le voilà au loin, en contrebas, qui se dirige vers nous. Que faire ? Bah rien, absolument rien. Attendons. Du haut de notre point de vue, on a le temps de le voir arriver : il en a au moins pour un bon quart d’heure de montée, s’il est en forme. On continue d’admirer le paysage, en silence. Tiens, le garde a disparu derrière la tour qui nous sépare de lui. Peut-être nous laisse-t-il tranquille.
Surprise ! Dix minutes plus tard, le voilà qui surgit derrière nous ! Comment est-il arrivé là, sans qu’on le voit ? Ferme mais indulgent, il nous fait comprendre qu’il nous faut attendre l’heure d’ouverture du site et que l’on peut aller se recoucher… Il doit en voir passer, des touristes, renseignés par la guesthouse, qui débarquent tous les matins. Mathieu joue la montre, le temps de prendre quelques photos en plus. Si le bonhomme refuse de poser avec nous, il nous confie ce qui nous a trahi. Réponse : les caméras, qui visiblement détectent les mouvements. Le garde dormait tranquillement et a été alerté par ses collègues. Zut !

“C’est beau, mais c’est raide”

On quitte le site, heureux d’avoir pu braver – notre “bravitude” à nous – l’interdit durant de longues minutes. Pas déçus : on a vécu un super moment. Sous les premiers rayons du soleil, on part se recoucher. Faire le plein d’énergie, avant de visiter en toute légalité le tronçon de Jinshanling, à quelques kilomètres de là. Après un copieux petit-déjeuner, on quitte notre hôte et ce cadre de vue incroyable pour découvrir une autre partie de cette interminable monument.

Le frérot nous amène, en voiture, à l’une des entrées. Visiblement pas la plus touristique, tant mieux. Il est 8 h 20, le site n’a pas encore officiellement ouvert que nous obtenons les tickets et commençons à grimper. Grande Muraille, droit devant ! Nous sommes les premiers. Encore. Porte close ? On frappe, un gardien vient nous ouvrir. C’est la deuxième fois de la journée qu’on met le pied sur ce chef-d’oeuvre et on éprouve le même frisson. Et aussi de l’humilité face à la taille de l’édifice : des kilomètres et des kilomètres de mur à perte de vue.
Et pas un seul touriste ! Cette partie n’a pas encore été rénovée, ce qui ne fait qu’ajouter à son charme. 

Chine, Jinshanling, Grande Muraille

On monte. On descend. On avance durant plus d’une heure sur les pierres millénaires et toujours personne. On progresse encore un long moment avant de croiser d’autres visiteurs, en approchant de la portion restaurée. Deux occidentales, à contresens, visiblement épuisées. Puis d’autres petits groupes de marcheurs. Au total, on ne rencontre qu’une petite centaine de personnes sur la totalité de la matinée. Pas de quoi gâcher notre bonheur.

On s’en va, heureux. Sur le parking, un bus se gare. Il déverse sa cargaison de touristes en provenance de Pékin. Salut, nous, on quitte les lieux. Fiers et heureux d’avoir pu profiter ainsi de la Grande Muraille. Seuls. Privilégiés.

ON PARTAGE LE MEGA-BON-PLAN !
De l’utilité d’un blog de voyage. Souvent datés, pas exempts d’erreurs (dîtes donc M. Lonely-Planet, on aurait deux trois choses à vous dire…), les guides sont loin d’être la panacée. Les blogs sont une mine d’informations à ne pas négliger. Ce méga-bon-plan pour profiter de la Grande Muraille sans les touristes, on l’avait repéré bien avant notre départ, sur les très chouettes blogs Chronomundi.fr et novo-monde.com. Eux-mêmes l’avaient déniché chez a-contresens.net
Allez, on partage à notre tour. Pour se rendre au Dongpo Inn, il faut réserver par téléphone (de préférence, avec l’aide d’un Chinois) en appelant la famille Liu au (+86)136.1314.3252. Dîtes (ou faîtes dire) votre jour d’arrivée, quelqu’un viendra vous chercher à la sortie du bus. Le bus justement : c’est un bus local, hors des circuits touristiques (donc pas trop cher ; 32 yuans l’aller, 4,7 euros). Pour le trouver, prendre le métro ligne 13, station Wangjing Xizhan ; utiliser la sortie B, traverser le pont au-dessus de la voie rapide, puis sortir côté gauche et prendre la première à droite ; la station de bus là, à 200 mètres. Monter dans le car pour Luanping (plus d’infos ici). Nous, on a demandé à un passager chinois de téléphoner pour nous à la guesthouse, pour leur faire savoir qu’on avait bien embarqué ; 1h40 plus tard (il faut descendre sur l’aire de service de Jinshanling), quelqu’un était là pour nous récupérer.
Combien ça coûte, tout ça ? La nuit, avec le diner, le petit-déjeuner et les différentes navettes : 300 yuans par personne (44 euros). L’entrée à la Grande Muraille coûte 65 yuans (9,5 euros). 

 

Categories: Chine

14 replies »

  1. Merci de partager ce bon plan que l’on va garder dans un coin de notre tête pour notre passage en Chine , on a vraiment hâte d’y être et après avoir lu votre article, J-12 avant le départ de notre tour du monde, notre excitation est à son comble!!
    J’ai une petite question, qui n’a pas vraiment de lien avec l’article, quel serveur VPN avez vous utilisé pour la Chine? On ne sait pas trop lequel prendre pour être sur qu’il fonctionne.

    • Oui, n’hésitez pas, c’est une expérience géniale. Ça reste l’un de nos meilleurs souvenirs. Pour le VPN, on a procédé avec Global VPN. On est sur Mac : il a suffit de le télécharger dans l’App store, ça a pris quelques secondes et ça marche très bien. Celui-ci est payant, en revanche, 5 ou 6 euros pour le mois passé en Chine. Bon voyage !

  2. Pour ma part, c’est à Mutyaniu que j’ai foulé ce site mythique et pour fuir les touristes, il nous a suffit de marche quelques minutes pour s’éloigner du point d’arrivée depuis les parking. Et 3/4 d’heure ou une heure plus tard, on a même eu la bonne surprise de redescendre en empruntant une luge 😉

  3. Nous y sommes allées juste après vous, il y avait aussi le couple du blog stepbystep 2015, super moment et le garde nous avait vu aussi à 5h. On etait avec nos 2 filles et elles ont super assurées même à 4 heures du mat’. Bonne suite !

    • La Grande Muraille a de quoi motiver même les plus petits… Ca va, ça s’est bien passé avec le garde ? Coucou à toute la famille !

  4. Merci pour l’info +_+ !!!
    Nous y alions l’année prochaine avec mon copain et je pense bien profiter de ce bon plan ! Merci à vous

  5. That’s the spirit ;)… partager les bons plans pour les suivants!!!

    Rahh ça nous en rappelle des souvenirs ;)… on s’est quand même fiancé là!!!

    Bonne suite les baroudeurs

    • Merci pour le petit mot et surtout pour votre blog ! C’est un peu grâce à vous qu’on a pu y aller et là, on rentre juste des Gorges du saut du tigre, après avoir lu là aussi votre prose… Bref, on adore novo-monde.com !

    • Un bon plan qui se partage sur des blogs de Français : à lire le livre d’or de la Guesthouse, on s’en aperçoit… Mais c’est vrai qu’il n’y a pas foule, pour l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.