Amérique du Sud

Qu’est-ce qu’on mange au Chili ?

CHILI – Que manger au Chili ? Des plats variés et souvent très bons. On vous a mijoté un glossaire pour vous permettre de vous y retrouver sur le menu.

Chili, gastronomie

“Il n’y a que les imbéciles qui ne soient pas gourmands
On est gourmand comme on est artiste, comme on est poète.
Le goût, c’est un organe délicat, perfectible et respectable,
comme l’oeil et l’oreille.”
Guy de Maupassant

“L’appétit vient en mangeant ; la soif s’en va en buvant.”
François Rabelais

Dieu que ça fait du bien ! Après des mois de voyage (la nourriture française, ça manque) et la tristesse de la cuisine bolivienne, on s’est vraiment régalés, à table, au Chili, avec sa gastronomie faite du mélange des traditions indigènes et d’apports européens. Petit lexique des plats à ne pas manquer.

Chili, bife a lo pobre

 

BIFE A LO POBRE.  C’est LE steak frites local, complété par au moins un oeuf au plat et une purée d’oignon. Son nom viendrait de l’époque d’Allende, il se disait alors que même les pauvres avaient accès à la viande. Attention, cela ne signifie pas pour autant que c’est l’assiette la plus économique de la carte, mais ça reste sans aucun doute l’une des plus copieuses.

Chili, cazuela de vacunoCAZUELA VACUÑO. Certains vous diront que c’est une entrée, mais ce bouillon complet est suffisamment copieux pour en faire un plat de résistance. Très proche de notre pot-au-feu national, la cazuela vacuño comprend généralement, pour chacun, un bon morceau de viande, de légumes divers et variés, le tout recouvert de bouillon aromatisé entre autres à la coriandre. Les Chiliens en raffolent. Ils vous diront qu’ils en mangent au moins un par semaine. Et quand c’est bien fait, il faut reconnaître que ce plat vaut largement notre version française. Un régal.

Chili, completoCOMPLETO. Le sandwich completo est aux Chiliens, ce que le jambon-beurre est aux Français. Incontournable et populaire sandwich, le completo réunit saucisse hot-dog, tomate, avocat et mayonnaise dans un pain façon hot-dog. Ca c’est le completo classico, appelé aussi italiano. Non pas parce qu’il vient d’Itale, mais parce que les ingrédients du fameux sandwich sont au couleur du drapeau italien. Aussi simple que ça.

CHORILLANA. Plat convivial à partager, la chorillana est un très simple mélange de saucisse, boeuf, oeuf, oignon et frites. C’est riche, très riche et copieux, trop copieux. D’où la nécessité de partager, la qualité et les calories. A consommer autour d’une bière fraîche.

Chili, curantoCURANTO (version cocotte). Un savant mélange de fruit de mer (grosses moules) et de viandes (porc fumé, chorizo, poulet…). Dit comme ça, ça donne pas envie, mais cette association de goûts est étonnamment compatible. Originaire de l’île de Chiloé, ce plat est normalement cuit dans un grand trou de terre à l’aide de pierres rougies. Le tout est recouvert de sable et de mottes herbeuses. Dans tous les ports de Patagonie, vous pouvez retrouver ce plat chilote, mais ne vous faites pas d’illusion, ceux-là sont cuits dans des cocottes.

Chili, empanadaEMPANADAS. Comme partout en Amérique latine, les empanadas sont les snacks les plus populaires. Originaire d’Argentine, ils se sont facilement imposés au Chili. Vous en trouverez dans toutes les boulangeries du pays. La spécificité chilienne vient de ses garnitures. Les plus populaires : pino (oeuf, viande, oignon, olive) ; napolitana (tomate, basilic, jambon) ; queso (fromage)

ENSALADA CHILENA. Sur le papier la salade chilienne n’a rien de très original à proposer : “tomates, oignons”. Dans l’assiette, c’est une autre histoire : les tomates sont pelées, les oignons adoucis par du sucre (“amortis”) et l’assaisonnement à la coriandre fait toute la différence. C’est un accompagnement parfait pour le pastel de choclo (lire ci-dessous)

SOPAIPILLA. C’est le met populaire par excellence, l’en-cas qu’on trouve à chaque coin de rue ou presque. La sopaipilla est une galette de farine de blé, frite la plupart du temps dans de l’huile. Elle se déguste bien chaude, nappée de moutarde ou de ketchup. Pour l’équivalent d’environ 0,60 euro, ça cale bien. Nous, on adore.

Chili, paila marinaMOTE CON HUESILLO. Boisson rafraîchissante, on aurait tendance à en faire un dessert. Parce que c’est à base de pêches séchées et que c’est quand même très sucré et parce qu’il y a plein de grains de blé cuits qui flottent dedans. C’est bon mais consistant.

PAILA MARINA. Délicieuse soupe de fruits de mer et de poissons sur fond de riz et pommes de terre. Le tout soigneusement épicé. 

 

Chili, pastel de choclo PASTEL DE CHOCLO. C’est un peu l’emblème gastronomique du Chili. Viandes hachées, oignons et maïs frais moulu, le tout gratiné au four dans une paila (plat en terre cuite). On peut facilement trouver des variantes au poulet. A ne surtout pas rater ! 

PASTEL DE PAPAS. Il faut être honnête, ça ressemble beaucoup à notre hachis parmentier. Mais quand il est réussi le pastel de papas est renversant. Viande hachée, oignon, purée de pommes de terre pour ingrédients de base. Il n’est pas rare d’y trouver un oeuf dur et du fromage. Rien que d’en parler, ça nous fait saliver…

 

JAMAIS UN REPAS SANS… 
On s’est senti presque comme à la maison. Au Chili, le pain et le vin font partie des habitudes alimentaires des habitants, comme en France.
PAIN. Les Chiliens seraient les deuxièmes plus gros mangeurs de pain au monde (96 kg par habitant et par an) derrière… les Allemands ! Ils en consomment en quantité dès le petit-déjeuner. Mais ici pas de baguettes, les boulangeries proposent principalement des petits pains : el pan francès (aussi appelé pan batido ou marraqueta) ressemble à quatre mini-baguettes accolées ; el pan italiano huileux et croustillant… Et bien d’autres.
VIN. Ce n’est pas le premier pays producteur de vin que l’on rencontre sur notre route. Mais après l’Australie, la Nouvelle-Zélande, et plus tard l’Argentine et l’Afrique-du-Sud, on peut déjà vous dire que notre coup de coeur va au Chili. Le vin est avant tout une affaire de goût, de plaisir.  Une chose est sûre, pour l’équivalent de cinq euros, vous pouvez boire de bons vins rouges (voire très bons), ce qui n’est forcément le cas ailleurs. Mais le mieux, ça reste de goûter…

3 replies »

  1. Hola!
    Ah excellent tous des plats. Je dirais même avec une pincée de Merkén pour la touche piquante ! On se régale.
    Et pour avoir été au Bierfest de Santiago cette année, les bières artisanales ont le vent en poupe. L’avenir sera prometteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *