France

Aveyron : j’ai volé en ULM et pourtant j’ai le vertige…

FRANCE – Voler en ULM malgré le vertige, pari tenu ! Un baptême réalisé grâce au club Gap-ULM de Bozouls, en Aveyron. Une expérience folle, des paysages superbes et des sensations uniques. Et mes conseils pour en faire de même.

vol en ULM en nord Aveyron, trou de Bozouls et château d'Estaing

Voler en ULM ? Quand on a su qu’on allait survoler le Trou de Bozouls à bord d’un Ultra-léger motorisé (dans le cadre du salon des blogueurs voyage 2018 en Aveyron), nos réactions étaient totalement opposées. Mathieu, ravi et impatient, allait s’envoler dans les nuages, pendant que je l’attendrai, au sol, l’appareil photo dans les mains pour immortaliser son moment. Je me faisais très bien à cette idée : lui en l’air, moi sur terre. Fin de l’histoire.

Cette peur qu’on appelle vertige

Ce n’est pas nouveau, j’ai le vertige depuis toute petite. Ce qui ne m’empêche pas de grimper des montagnes (lire par exemple le récit de notre randonnée en Chine : Deux jours de trek dans les Gorges du Saut du tigre), d’admirer la vue en haut d’un building. Se dépasser, aller toujours plus haut. Mais jamais trop près du bord… Ceux qui racontent que l’on ne peut pas avoir le vertige dans un avion – puisque rien ne nous rattache au sol – n’y connaissent rien ! L’idée même d’imaginer le vide qui me sépare de la terre suffit à me nouer l’estomac.

C’est plutôt clair, je prends l’avion par nécessité, pas par plaisir. J’ai depuis toujours exclu tout saut à l’élastique, en parachute, vol en parapente, en deltaplane ou… en ULM.

Rendez-vous à la base ULM de Bozouls

On arrive sur la base ULM. Les pistes se résument à des plots colorés éparpillés dans un pré. Champêtre. Les trois avions colorés sont superbes, le soleil est au rendez-vous, très peu de vent. Toutes les conditions semblent réunies pour un baptême parfait en ULM.

Photo de groupe devant les jolis coucous. Présentation du club ULM, de ses pilotes passionnés, souriants et prêts à nous faire vivre une folle expérience. L’équipe a l’air super… Je doute. Pour la première fois, j’émets l’idée de grimper dans ce petit avion jaune. Mais, d’abord, j’ai besoin de tout comprendre : qu’est-ce qu’on ressent ? est-ce que ça bouge ? quelles sont les garanties de sécurité ? Lutter contre un vertige irrationnel avec des données concrètes et précises. 

Bruno, président des clubs ULM de la région Occitanie va faire la différence. Il est calme, pédagogue et rassurant. Quand il en parle de ses vols, tout semble facile, sûr et extraordinaire. Sans m’en rendre compte, je viens d’accepter de tenter l’expérience. Sourire, crispation. 

vol en ULM en nord Aveyron, trou de Bozouls et château d'EstaingDécollage imminent

Je m’installe dans l’appareil. Me cramponne au siège. Bruno sera mon pilote pour ce baptême de l’air complètement fou pour moi. Il y une heure, j’aurais balayé  tout net l’idée de monter dans l’avion et nous voilà parés au décollage. C’est parti.

Le Trou de Bozouls, la « coulée de lave » de Roquelaure, Estaing et son château, Espalion et son pont, Saint-Côme et son clocher tors, les ruines du château de Calmont d’Olt… Toutes ces richesses sont incomparables vu du ciel. Le quart d’heure de vol passe à une vitesse folle. Je ne regrette (presque) plus d’être à 3000 pieds du sol ! Et j’en prendre (presque) du plaisir.

Je me détends et Bruno le voit. Il s’en amuse. Alors que nous sommes maintenant prêts à atterrir, il fait coup sur coup deux petites glissades pour perdre de l’altitude un peu plus vite… Sensations dignes de Space mountain. Le sol se rapproche. L’ULM se pose tout en douceur sur l’herbe. J’en tremble encore. Quelle expérience !

Bilan

On ne va pas se mentir, mon vertige n’a pas disparu du jour au lendemain. A plusieurs reprises en vol, la peur est revenue. Mais elle n’est pas insurmontable. Et faire confiance au pilote à vos côtés, fait toute la différence. Bruno est un expert. Et grâce à lui, j’ai dépassé mon vertige ! Proud of me !

 Lire aussi l’article : Visiter l’Aveyron : notre guide des meilleures expériences.

SURVOL DE BOZOULS EN ULM : LE MODE D’EMPLOI
Le Groupement aveyronnais des pilotes d’Ultra-léger motorisé (Gap ULM) a été créé dès les années 80 à Bozouls, près de Rodez, en Aveyron. Présidé par Charly Bonneviale, il compte 52 adhérents (dont quatre instructeurs) et possède trois super guépards, des machines fabriquées dans le département, près de Villefranche-de-Rouergue. En parallèle des sorties loisirs et des cours de pilotage, le club propose des baptêmes de l’air et des vols touristiques allant de 15 minutes (35euros, c’est très raisonnable) à une heure (100 euros). Il est ainsi possible de survoler les  beautés toutes proches, notamment le Trou de Bozouls, comme celles qui sont un peu plus éloignées, viaduc de Millau, plateau de l’Aubrac ou vallée du Lot. « L’objectif est de faire vivre l’association et surtout de partager notre plaisir de voler », explique Charly.
Toutes les infos sur www.gapulm.fr.

 

Categories: France

5 replies »

  1. Bonjour.
    Pilote depuis bientôt 50 ans je vous confirme que si le vertige existe bel est bien. il est en fait le résultat d’un « désaccord » entres plusieurs de nos sens.
    Depuis que nous sommes nés sur le plancher des vaches notre cerveau s’est configuré au niveau du sol. Nous avons appris progressivement à nous redresser jusqu’à tenir debout en équilibre sur nos jambes. Cet équilibre par nature instable est principalement géré via 3 capteurs: sous les pieds, par le système vestibulaire de notre oreille interne (véritable gyroscope) et par nos yeux qui valident la pertinence des deux autres sens.
    Par ailleurs et si vous avez étudié le dessin. et notamment la perspective. vous avez appris la notion de point de fuite. Mais voila le point de fuite n’existe pas et n’est qu’une illusion d’optique. Cette illusion qui insulte votre intelligence quant vous êtes en haut d’un pylône en vous faisant croire que le haut du pylône est bien plus large que son pied quelques mètres plus bas. Là votre cerveau complètement leurré par cette illusion ne valide plus l’équilibre de l’ensemble et vous porte à croire que vous allez chuter. Cette confusion génère un profond malaise nommé vertige. C’est physiologique !

    Tout ce préalable pour vous faire comprendre que si vous n’êtes plus reliés au sol ce phénomène n’existe plus et le vertige non plus ! Seule une désorientation spatiale pourrait produire les mêmes effets. Désorientation qui pourrait intervenir suite au dysfonctionnement de certains capteurs. Le plus courant étant la disparition de la référence visuelle: brume masquant l’horizon au dessus de la mer par exemple. les vertiges de Ménière qui affectent l’oreille interne, certaines lésions oculaires ou au cerveau peuvent aussi générer une désorientation spatiale mais ce sont là de véritables pathologies.
    Alors si vous êtes en bonne santé vous pouvez sans crainte partir à l’assaut des cieux par quelques moyens que ce soit vous ne connaitrez pas le vertige. C’est physiologique !!! Bons vols à tous.

    • Merci beaucoup ! J’ai encore du mal à croire que je l’ai fait. J’ai eu une montée d’adrénaline, tout le monde me disait « c’est facile vas-y » et un pilote hyper rassurant. Les conditions étaient toutes réunies… Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas se forcer, sinon c’est panique à bord garantie 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.