Chine

Chengdu, le meilleur endroit pour voir des pandas en Chine

CHINE – Le Centre d’élevage des pandas géants, à Chengdu, préserve l’espèce. Lors d’une visite, pour bien les voir, mieux vaut bien choisir son heure.

Chine, Chengdu, panda géant

C’est sans doute le meilleur endroit pour voir des pandas en Chine. Chengdu, capitale du Sichuan, abrite le Centre de recherche et d’élevage des pandas géants. Lors de notre voyage d’un mois en Chine, on a passé une matinée au coeur de ce parc protégé, situé à quelques kilomètres de la ville, où vit une cinquantaine de pandas (entrée 58 yuans par personne, 7,7 euros).

Fondé en 1987 avec six animaux, le Centre tente de préserver cette espèce, vieille de 8 millions d’années et aujourd’hui en voie de disparition. En 2015, seules trois régions de Chine (le Gansu, le Shaanxi et le Sichuan) comptent des pandas géants sauvages dans leurs forêts de bambous.

COMMENT ALLER VOIR LES PANDAS À CHENGDU ?
Pas si simple d’aller voir les pandas. Il n’y a pas de transport direct (à l’exception du taxi) pour rejoindre le Centre de recherche et d’élevage situé à quelques kilomètres au nord de Chengdu. Le plus simple (ou du moins le moins coûteux) : se rendre à la gare ferroviaire du nord de la ville. Prendre le bus n°9 jusqu’au zoo de Chengdu. Une fois au zoo, prendre un autre bus, n° 87, 198 ou 198A. Le chauffeur devrait vous indiquer où sortir quelques arrêts plus loin.
Tarifs : 1 à 2 yuans par trajet.
Centre de recherche et d’élevage du panda géant, 1375 Xiongmao Avenue Chenghua, Chengdu
  

 

Ils sont gros, blanc et noir. Leur truc à eux, c’est le bambou. Des longues tiges de bambou à croquer, toute la journée. Les pandas peuvent en engloutir jusqu’à 20 kg par jour. Il faut dire qu’à par ça, ils ne font pas grand chose. Manger, dormir, manger, dormir… Oui, les pandas sont de gros fainéants, et alors ? On les aime quand même. En les voyant, on a forcément envie de leur faire un gros câlin !

La meilleure heure pour voir les pandas

Des roux, des géants, il y en a de toute sorte ici. Et à l’heure du petit-déjeuner (entre 9 heures et 10 heures tous les matins, à ne pas manquer), les mammifères sont tous très actifs. Il ont du pain sur la planche : décortiquer et avaler la bonne pile de bambou que l’on vient de leur déposer dans l’enclos. Une branche après l’autre, le mécanisme est rôdé. Pas plus tôt une terminée que le gros panda en mâchouille une autre… Derrière la barrière, des dizaines de curieux prennent des photos. La bête ne tique même pas. Trop concentrée.

Passée cette heure, le panda devient beaucoup moins dynamique. Victime de la chaleur, il gratte à la porte de sa tanière (son enclos intérieur) pour s’abriter du soleil et se reposer un peu. Certains n’ont même pas la force d’attendre l’ouverture du portillon et commence à roupiller sur place. C’est dur la vie de panda géant.

Des pandas roux, aussi

Notre balade dans le parc se poursuit. À l’ombre des bambous, Chine, Chengdu, panda rouxdu côté des pandas roux (la tête d’un raton laveur, mais roux), moins connu que leurs congénères noir et blanc, la pause déjeuner tourne à l’affrontement. Un paon tente de picorer dans l’assiette d’un quadrupède. Pas touche :  là aussi le p’tit dej, c’est sacré.

L’heure tourne, bientôt midi. Plus que quelques heures avant le prochain en-cas. On termine notre visite par le musée du parc. Les informations scientifiques sur les pandas, en chinois et en anglais, sont nombreuses. Et instructives. Allez on partage avec vous :

Le panda en quelques chiffres

– il mesure 1,65 m en moyenne

– il pèse 105,5 kg en moyenne 

– il vit entre 26 et 30 ans 

– son territoire s’étend sur 5 à 6 km

– il passe 16 heures sur 24 à chercher et mâcher de la nourriture (on parle ici du panda sauvage bien sûr)

 – il peut manger parmi 60 espèces de bambou ; mais il n’y en a que 20 qu’il apprécie vraiment

– le panda ne digère pas la totalité du bambou : pour 40 kg de bambou mangés,  120 crottes comptabilisées

– il atteint sa majorité sexuelle entre 5 ans et demi et 6 ans, mais le panda ne peut se reproduire que quelques jours par an… alors pas facile de maintenir l’espèce vivante. Et l’acte sexuel devient encore plus compliqué dans les centre de recherche où ce gros fainéant de mâle a pris l’habitude d’avoir de la nourriture à portée de main et de ne plus faire d’efforts… même pas pour se reproduire ! Ajouter à ça quelques problèmes psychologiques (c’est scientifique !) et seuls 10 % des pandas de Chengdu se reproduisent.

Faire un câlin à un panda ?

Vous voulez faire un câlin au panda géant ? Pas de problème. À Chengdu, ils ont pensé à tout. Les amoureux de cette boule de poil noire et blanche pourront les serrer dans leur bras pour la modique somme de … 1000 yuans (130 euros) ! Pas sûr que l’animal aime vraiment ça, lui. Pas vraiment le genre de choses que l’on aime et on se demande si l’initiative a sa place dans un centre de préservation. Mais vous pouvez toujours acheter une peluche à la boutique, c’est moins cher et c’est plus doux.

 

 

Categories: Chine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.