Thaïlande

Prendre le train de nuit en Thaïlande : comment ça se passe ?

THAÏLANDE –  Couchettes, draps propres : tout est prévu. Mais mieux vaut avoir de quoi se protéger du bruit et de la lumière. Récit de notre expérience à bord du train de nuit Bangkok – Chiang Mai.


Thaïlande, train

Prendre le train en Thaïlande, ça reste une expérience. Lors de notre tour du monde, après quatre mois de voyage et près de 20 000 kilomètres parcourus essentiellement par le rail, on pensait avoir, sans prétention, une certaine expérience des voyages en train.

La version thaïlandaise a tout de même réussi à nous étonner. La journée, rien de spécial à signaler : les wagons thaïs, qui roulent toutes vitres ouvertes, ne sont ni neufs ni propres, mais ils restent agréables. En revanche, le train de nuit a, disons, davantage de “cachet”.

Le train de nuit Chiang Mai – Bangkok

Notre trajet ? Chiang Mai-Bangkok. Départ à  15 h 30, arrivée (prévue) à  5 h 30 : 14 bonnes heures de balancements au programme. Pas de problème, on a l’habitude. On a opté pour la deuxième classe couchettes avec ventilateurs, ils sont situés à intervalles réguliers au plafond (le trajet, 531 baths par personne, 13,50 euros). Il existe aussi une deuxième classe couchette climatisée, c’est un peu plus cher. Ou pour les mini-budgets, une troisième classe assise. 

On avait donc déjà expérimenté la fameuse platskart russe et ses 54 lits par wagon.

On connaissait la version chinoise, trois étages de couchettes dans des petits compartiments ouverts de six places. Nouvelle géométrie pour prendre le train en Thaïlande : de part et d’autre du couloir, des petits “salons” de deux sièges face-à-face, avec table amovible, qui se transforment en deux lits superposés.

Couchettes superposées

Thaïlande, trainPour cette opération, vous n’avez rien à faire. Vers 20 heures, un agent, tout sourire, vient déplier toutes les couchettes une à une et même faire votre lit, installer vos draps propres (oui, propres : les Chinois devraient s’en inspirer), votre taie d’oreiller, etc. Pour un peu, il vous borderait et vous lirait même une petite histoire. On aime.

Ici, ce n’est pas la Sibérie : comme la journée, les fenêtres du train en Thaïlande restent ouvertes, toute la nuit. Les portes entre les wagons aussi alors, forcément, on y gagne en fraîcheur ce qu’on y perd en silence. Nous, on avait aussi une voisine qui voyageait avec son toutou en cage, un clébard qui émettait de curieux couinements à intervalles réguliers. Ah, au fait, un autre truc qui ne “ferme” pas non plus, c’est l’éclairage. De bons vieux néons bien blancs, bien puissants. Si comme nous vous avez hérité des couchettes du haut (moins chères), vous avez direct dans la face. Bonne nuit.

Le matin, une demi-heure avant l’arrivée à destination (enfin, avant l’heure prévue d’arrivée à destination), le gentil préposé au wagon vient replier tout le fourbi. Vous pouvez retrouver la position assise. Bangkok : vous êtes arrivés.

NOS CONSEILS POUR PRENDRE LE TRAIN EN THAILANDE

  • En deuxième classe ventilo, les trains de nuit thaïlandais sont donc bruyants ET très éclairés. Bref, si vous avez le sommeil sensible, ou juste normal, il n’est peut-être pas inutile de prévoir boules Quiès ET masque pour les yeux. Nous, on n’aime pas trop car ça vous ôte toute vigilance quant à vos affaires (lire aussi notre article Comment éviter le vol en voyage). D’ailleurs, le sac avec les affaires de valeur, c’est sous l’oreiller, hein ?
  • Prévoyez un repas, façon pique-nique, si vous le pouvez. A bord, le plat est bien plus cher que dans votre petit boui-boui de rue : environ 200 baths (plus de cinq euros).
  • Ne prévoyez pas de connexion avec un autre moyen de transport ou de rendez-vous trop proches de l’heure d’arrivée annoncée : les trains thaïlandais sont en retard ! 

 

Après notre expérience du train en Thaïlande, et une nuit plutôt courte donc, et une journée de balade dans les rues de la capitale, on enchaîne la nuit suivante dans un bus, même pas couchette cette fois. Départ fixé à 18 heures du centre de Bangkok en direction de lîle de Koh Tao (700 baths, 18 euros pour le combo bus-mini bus-bateau). Un départ hésitant : entre retards et arrêts, on ne quitte la capitale que vers 20 heures.

Prendre le bus en Thaïlande ?

On nous avait promis un stop pour dîner, ça n’a pas l’air d’arriver ; tant pis, on finit par grignoter nos quelques provisions et par essayer de dormir un peu. Boum : le bus fait halte à minuit passé devant une sorte de cafétéria… Trop tard pour nous. Allez, on va essayer de faire un peu dodo. Re-boum : juste avant trois heures du matin, le parfaitement désagréable chauffeur nous jette, avec une poignée d’autres passagers, au bord d’une route. Il nous livre en pâture aux moustiques, l’empaffé. “On passera vous prendre d’ici un quart d’heure”, fait-il savoir. Trois quart d’heure plus tard, donc, un petit camion plateau, équipé de bancs à l’arrière, s’arrête. C’est pour nous.

Une vingtaine de kilomètres plus loin, on descend à l’embarcadère, où les quelques tables de pique-nique sont déjà occupés par des voyageurs endormis ou en plein marathon bièresque. Ah oui, les moustiques sont venus aussi. Il faut attendre 6 h 30 pour grimper à bord du ferry pour Koh Tao, encore deux heures et demi de trajet. Quand le jour se lève, on ressemble à deux figurants de Walking Dead. Elle a intérêt à être vraiment paradisiaque, cette île…

(Et finalement, on a adoré notre escale de 10 jours à Koh Tao. On y a même obtenu notre Open Water ! Lire aussi notre article Plongée à Koh Tao : on a passé notre diplôme !)

Categories: Thaïlande

5 replies »

  1. Rolala on a vécu le même périple, mais dans l’autre sens !
    Koh Tao Bangkok : Bateau, bus qui roule comme un cinglé, Train couchettes avec la clim à fond et la lumière dans la face.
    Arrivés à Bangkok à 7h, pour attendre notre avion direction Darwin (Australie) qui était à 18h30….
    Comme tu as dit, elle a intérêt à être bien, cette île ^^

    Tu as très bien décrit la situation en tout cas. Sur le moment, tu aimerais que la teleportation existe, mais quand tu e’ reparler plus tard, ça reste de bons souvenirs 🙂

    Bonne continuation !
    Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.