Chine

Visiter Xi’an : entre les remparts, 3000 ans d’Histoire

CHINE – Le quartier musulman, les remparts, les Tours de la Cloche et du Tambour, etc. : nos conseils pour les incontournables d’une visite à Xi’an.

Chine, Xi'an

Quand on visite Xi’an (prononcez shi-an), c’est un incontournable. Mais on ne s’attendait pas à cela. Réputé pour son ambiance et ses stands de cuisine de rue, le quartier musulman n’a plus rien du faubourg gentiment authentique. Il est devenu une animation touristique en soi, un Disneyland de la brochette qui s’articule autour de deux principales rues où les restos rivalisent de décibels pour attirer – effrayer ? – le chaland.

C’est là que nous avons atterri, quelques heures seulement après notre arrivée dans cette cité aux plus de 3000 ans d’Histoire. Ancien point de départ de la Route de la soie entre Asie et Europe, aujourd’hui ville de plus de huit millions d’habitants. Un vrai décalage avec le calme de la charmante Pingyao, notre étape précédente.

Chine, Xi'an, quartier musulman

À chaque mètre de ce marché, des grilladins affairés sur des dizaines de brochettes, des bouchers qui découpent des morceaux de viande, des vendeurs de fruits, de légumes, des pâtisseries.

Honnêtement, si ce quartier de Xi’an vaut vraiment le coup d’oeil, surtout en soirée, pour l’intense animation qui y règne, nous avons régulièrement pu déguster en Chine des plats plus savoureux, copieux et bien moins cher. Notamment dans les petits restos musulmans, ceux que l’on trouve dans toutes les grandes villes.

Le quartier musulman, la Grande mosquée

Étonnant : dans les petites ruelles du quartier musulman de Xi’an, qui se perdent entre les deux grands axes, où nous sommes retournés le lendemain en journée, on se croirait dans un véritable souk. Souvenirs mais aussi montres Rolex, vêtements North Face, sacs Vuitton : la contrefaçon y est reine.

C’est aussi là, à l’abri des regards, que se niche la Grande mosquée, l’une des plus importantes du pays (orientée vers… l’ouest, la direction de la Mecque). Entrée : 30 yuans par personne (4,35 euros), nous avons choisi de ne pas franchir le seuil.

OÙ DORMIR À XI’AN ?
Où dormir à Xi’an ? Au Facebook Youth Hostel, pardi ! Dans un pays où le plus utilisé des réseaux social est – normalement – inaccessible, pour cause de censure sur internet, c’est bien ainsi que se nomme cet établissement. L’un des moins chers de la ville.
Derrière ce nom improbable, une auberge proprette, calme, bien située (à 10 minutes de la Tour de la cloche ; il y a plusieurs petits restos de rue tout près et même une supérette), avec une équipe plutôt sympa.
Facebook youth hostel, N° 4 Nanchang Road, 138 yuans la chambre double avec s.d.b. (18,40 euros). 

 

Tour de la cloche, Tour du tambour

Ce sont les deux emblèmes de la ville. Comme Pékin, Xi’an possède ses Tours de la cloche et du tambour, toute proche l’une de l’autre. La première est désormais isolée au milieu du plus grand rond-point du centre-ville, un peu façon Arc de triomphe parisien. La seconde, au bout d’un petit square, marque l’entrée du quartier musulman. Toutes deux se visitent (40 yuans pour les deux monuments). On s’est contenté de les admirer de l’extérieur : c’est la nuit, grâce à un éclairage rouge et or, qu’elles sont véritablement les plus belles.

Comment visiter les remparts ? À vélo tandem !

Chine, Xi'an, remparts

Impressionnants remparts de Xi’an la fortifiée ! Restaurés ou reconstruits dans leur intégralité, comme à Pingyao, ils permettent de faire le tour complet du centre-ville. Soit une balade de 14 kilomètres, tout de même ! Un circuit, le long de quatre gigantesques lignes droites, qui demande près de quatre heures à pied… Comme beaucoup, on a donc opté pour le vélo.

Après nous être acquittés du droit d’entrée pour y grimper (45 yuans, 6 euros par bipède), on a loué un joli tandem (une première, pour nous deux : 90 yuans, 12 euros pour deux selles) jaune vif pour boucler cette boucle en deux heures, pauses photos comprises. À faire.

La Pagode de la grande oie sauvage

Les sites et monuments chinois ont toujours de chouettes noms imagés… A Xi’an, c’est la Pagode de la grande oie sauvage qui a attiré notre attention. Bâtie initialement en 652, carrée et haute de 54 mètres, elle présente surtout l’intérêt de se retrouver au sud d’un grand – et gratuit – parc. Pour une pause fraîcheur bienvenue.

En bref ? Xi’an sait faire oublier sa taille gigantesque par ses charmes, ses remparts et ses contre-allées ombragées. Oui, elle vaut bien un arrêt en soi(e). Comme point de départ, surtout, vers un lieu mythique et mystique. À quelques kilomètres de ses remparts se dressent sous terre, silencieux, les milliers de soldats de l’éternelle armée de terre cuite de l’empereur Qin. Ne bougez pas, les gars, on arrive…

Categories: Chine

9 replies »

  1. De Xi’an, je n’ai eu l’occasion de découvrir que la mosquée, une pagode et bien sûr l’armée de terre cuite… J’avais aussi eu un peu l’occasion de déambuler autour de la mosquée mais je regrette de ne pas avoir pu découvrir les remparts.

  2. Argh, nous on a eu un sale temps et on a pas vraiment profiter de Xi’An… Ces oeufs noirs sont peut-être ceux cuits dans du thé.
    P.S.: je kiffe vos articles.

  3. J’ai la réponse! C’est un œuf de cane surnommé “œuf de Cent ans” qui a été conservé dans un mélange de boue riche en chaux et qui fait intégralement partie de la cuisine chinoise. Vous auriez du le goûter!!!!

    • On est pas vraiment sûrs. L’oeuf de cent ans, c’est le blanc de l’oeuf qui devient noir, pas la coquille. Et on a pas eu l’occasion d’y goûter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.