France

Visiter Bourges en un jour

FRANCE – Quoi voir, quoi faire dans la cité médiévale. La cathédrale, le palais Jacques Cœur, les marais… Guide pratique pour un séjour réussi dans le Berry (2/2).

Un jour et une nuit pour visiter Bourges ? C’est jouable. Ça laisse en tout cas suffisamment de temps pour se rendre compte que la capitale du Berry (67 000 habitants, chef-lieu du département du Cher) est une cité vraiment charmante et à l’ambiance bien particulière. Visiter l’incroyable cathédrale gothique, déambuler sur les pavés des petites rues médiévales ou prendre l’air dans les fameux marais situés en coeur de ville : en une journée, il faut se concentrer sur les incontournables. 

                                   

Ah oui au fait, les habitants s’appellent bien les Berruyers et les Berruyères. N’oubliez pas, si vous ne voulez pas avoir l’air aussi couillon que certaines vedettes venus chanter sur la scène du Printemps de Bourges (“Les Bourgeois, vous êtes toujours làààààààà ?!?”). 

LA CATHÉDRALE

La cathédrale Saint-Étienne de Bourges, c’est simple, c’est une merveille. Le genre de monument qui vous émeut (ou alors c’est que vous avez un cœur de pierre façon gargouille) et qui vous rend soudainement méditatif. Comment diable les hommes ont-ils été capables de bâtir pareille édifice, il y a près de huit siècles ? Incroyable. Par sa beauté, ensuite, elle ébloui. Par sa taille, elle impressionne : 125 mètres de long, une quarantaine de mètres de large ; témoignage frappant de la puissance du christianisme au Moyen-Âge. Elle est l’une des plus grandes de France, sa surface au sol égale celle de Notre-Dame-de-Paris, bâtie selon les mêmes plans (retrouvez toutes les infos techniques sur le monument ici).

Construite entre 1195 et 1230 (forcément, ça prend un peu de temps), classée monument historique en 1862, la cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1992 (voir sa fiche). Sur la façade ouest, cinq portails magnifiquement ouvragés, qui correspondent aux cinq travées de l’intérieur. Dedans, sous des voûtes de près de 40 mètres de haut, une lumière colorée pénètre de toute part par des vitraux du début du XIIIe siècle répartis sur trois étages. Prenez votre temps pour déambuler dans la nef et y dénicher d’innombrables et superbes détails. 

Grimpez au sommet de la plus haute tour

La veille encore, on prenait de la hauteur au sommet la tour des Fiefs de Sancerre (lire notre article Visiter Sancerre et ses environs). Cette fois, on passe le cap supérieur : la tour la plus haute de la cathédrale, dite tour de Beurre, s’élève à 65 mètres au-dessus de la ville et elle est accessible au public. Ça demande un effort, certes (396 marches dans un interminable escalier en colimaçon) mais la vue à 360 degrés sur Bourges et ses environs est vraiment spectaculaire. Si vous souffrez du vertige, en revanche, il va quand même falloir prendre sur vous… ou renoncer.

Le billet pour la tour donne aussi accès à la crypte, où sont exposés notamment les restes du célèbre jubé du XIIIe siècle. Une visite qui se fait forcément sous la conduite d’un guide (nous l’avons faite avec des visiteurs majoritairement anglophones ; la guide, qui semblait pressée de prendre sa pause déjeuner, n’a pas fait l’effort de traduire un traître mot. Pas cool).

Pratique. La cathédrale est ouverte en visite libre tous les jours. Crypte et tour ne sont pas accessibles le dimanche matin. Visites de la tour et de la crypte : adulte 7 €, gratuit pour les moins de 18 ans. Tél. 02 48 23 02 60. Il existe aussi un billet jumelé avec le palais Jacques Coeur (12 €).

LE CENTRE MÉDIÉVAL

La cathédrale, elle est toujours là. Mais vous savez quoi ? Les maisons à pans de bois qui l’entouraient déjà au Moyen-Âge sont là aussi ! Le centre de Bourges est une bonbonnière qui abrite plus de 400 bâtisses du genre qui témoignent de l’histoire médiévale de la ville et lui offrent aujourd’hui son atmosphère si particulière. Ne ratez pas la place Gordaine, l’une des plus belles de la cité où sont regroupés bistrots et restaurants ; la rue Bourbonnoux, axe vivant et ravissant, qui va de la place en question à la cathédrale. Mais surtout, baladez-vous, perdez-vous gaiement dans le centre ancien, classé secteur sauvegardé (comme chez nous à Nîmes ou encore dans le Vieux Lyon, n’hésitez pas jeter un oeil sur ces articles). 

LES NUITS LUMIÈRE : BRILLANT !
Ça, c’est une idée lumineuse. Depuis plus de 15 ans aux beaux jours, le centre-ville offre tous les soirs un parcours-spectacle libre et gratuit : les Nuits Lumière. De quoi s’agit-il ? Les façades des plus beaux monuments de la ville (palais Jacques Cœur, hôtel Lallemant, couvent des Augustins, musée Estève,…) se parent d’un spectacle son et lumière qui évoque la riche Histoire berruyère. Comptez une heure et demi pour le parcours complet, mais vous pouvez n’en faire que quelques étapes. Impossible de vous perdre : l’itinéraire est tracé par des lampadaires bleus immanquables. Lumineux, on vous le disait.

 

LE PALAIS JACQUES CŒUR – 

Avec la cathédrale, l’autre édifice incontournable de Bourges, c’est le palais Jacques Cœur. Oui, Jacques Cœur, comme le lycée de Bourges, le théâtre, l’hôpital, mais aussi le pub, les taxis, l’auto-école… Le grand argentier du roi Charles VII, personnage au destin incroyable devenu en quelques décennies le gazier le plus riche du royaume (ce qui causera sa perte, d’ailleurs) est la star de sa ville de naissance. Cet aventurier y a laissé ce formidable palais considéré comme l’un des plus beaux ouvrages gothiques civils de France. C’est surtout un lieu fou, comme seul un homme hors-norme et richissime pouvait l’imaginer. Mais comme le dit sa fameuse devise : “À vaillant cœur, rien d’impossible“.

À ne pas manquer : la gigantesque salle des festins avec sa cheminée monumentale, l’impressionnante charpente en coque de bateau renversée dans les combles, la chapelle colorée ou le vitrail représentant l’un des bateaux de Jacques Cœur.

Pratique. Le palais est au 10 bis de la rue… Jacques-Cœur. Visites tous les jours. Tarif : de 6,5 à 8 €.
Tél. 02 48 24 79 42.

LES MARAIS

Alors ça, on ne s’y attendait pas. Un oasis de nature en cœur de ville : classés et protégés, les marais de Bourges s’étendent sur 135 hectares et sont cultivés par les Berruyers eux-mêmes, qui se chargent d’animer, d’entretenir et d’embellir avec passion cet endroit unique. Ainsi par exemple, nous avons rencontré Valentin, installé depuis quelques années à Bourges, qui nous a expliqué le système. Pour un loyer plus que modeste versé à l’une des deux associations qui régissent les lieux, et à la condition d’assumer l’entretien de sa parcelle, il peut profiter d’un petit bout de terrain dans ce chouette cadre pour des barbecues estivaux et des après-midi au grand air entre potes… C’est chouette, non ?

Les marais, dont le spectacle se renouvelle avec les saisons, se visitent à pied ou à vélo. Des panneaux indicatifs vous aideront à ne pas vous égarer. Possibilité de balades en barques décorées dans les dédales des canaux lors de la Fête des marais… ou en sympathisant avec un propriétaire.

Pratique. Accès libre via la rue de Babylone, le Quai des Maraîchers, le Chemin des Prébendes ou le Boulevard Chanzy. Il existe même deux restos au cœur des Marais : la Courcillière (02 48 24 41 91) et le Caraqui (02 48 50 37 00).

Et aussi : Bourges, ville de musées

  • Le musée des Meilleurs ouvriers de France (Mof). Présentation de l’excellence hexagonale au travers des métiers d’art récompensés au célèbre concours des Mof. Dans l’ancien palais épiscopal, à une centaine de mètres au sud de la cathédrale. Tél. 02 48 57 82 45. 3 € pour les Berruyers, 4 € pour les autres.
  • Le musée Estève, qui regroupe les oeuvres majeures du peintre Maurice Estève, peintre remarquable de la seconde partie du XXe siècle. Dans l’Hôtel des Echevins, 13 Rue Edouard-Branly. Tél : 02 48 24 75 38. 3 € pour les Berruyers, 4 € pour les autres.
  • Le muséum d’histoire naturelle. Environ 15 000 spécimens et collections annoncés. Nous, c’est le genre de lieu qu’on adore ; malheureusement, on n’a pas eu le temps de visiter celui-là (si vous l’avez fait, dites-nous ce que vous en avez pensé en commentaire).  9 Allée René Ménard. Tél. 02 48 65 37 34. À partir de 4,10 euros.
  • Le musée de la Résistance et de la Déportation. Collection de témoignages et d’objets de la Seconde Guerre Mondiale ; les valeurs de la Résistance à l’honneur.  Rue Heurtault de Lamerville. Tél. 02 48 55 82 60. Entrée gratuite.
NOS BONNES ADRESSES
Où manger ? Deux salles, deux ambiances… Sur les conseils de Berruyers pur sucre, on a testé deux adresses radicalement différentes. Parce qu’on aime ça, passer d’un esprit à l’autre, de la table haut de gamme à la brave cantine associative. Et parce qu’il en faut pour tous les goûts.
Le plus raffiné : La Suite. L’établissement de la rue Bourbonnoux a récemment choisi de rendre son étoile au Michelin,  pour pouvoir travailler dans une ambiance un peu plus décontractée. Mais attention, les assiettes restent raffinées, le cadre élégant, l’accueil impeccable. Plats de 17 à 25 €. La carte des vins est spectaculaire. Pour se faire plaisir.
Pratique : 
50 Rue Bourbonnoux, ouvert du mardi au samedi midis et soirs,  tél. 02 48 65 96 26.
Le plus militant : Un Pavé dans la mare. Rien à voir avec l’adresse précédente, dans la même rue. Ici, vous mangez dans de la vaisselle dépareillée et sur des meubles de récupération. Lieu associatif (on vous demande d’adhérer pour pouvoir consommer ; 2 € pour la semaine) et alternatif, c’est aussi une cantine très très bon marché, où le menu complet du jour, frais et parfait pour le midi, un salon, coûte une dizaine d’euros. Salle de jeux, lieux d’expo, atelier ou salle de concert : Un Pavé dans la mare, c’est tout ça à la fois en quelques mètres carrés. À découvrir.
Pratique : 73 rue Bourbonnoux, tél. 09 87 02 11 84. 
Où dormir ? Ce n’est, là encore comme à Sancerre, pas vraiment une adresse backpacker. Avec l’hôtel Villa C, on est dans l’adresse design et confort. Dans un ancien hôtel particulier du XIXe siècle, 12 grandes chambres décorées avec goût et très confortable. Le petit-déj, constitués uniquement de produits locaux ou faits maison, est une tuerie.
Pratique : 20 avenue Henri-Laudier, tél. 02 18 15 04 00. Chambre standard de 95 à 160 €, la Villa terrasse, avec de supers extérieurs privatifs, de 144 à 225 €. 

 

_____________________________________________

Nous avons découvert Bourges à l’invitation de Berry Province.

2 replies »

  1. Coucou 🙂 Visiblement on a a eu les mêmes impressions que vous sur ce petit week-end en Berry 😉
    Vos photos sont trop chouettes, et vous avez testé des adresses qui ont l’air vraiment sympas !

    “Un oasis de nature en cœur de ville” – Tellement parfait pour décrire le Marais de Bourges ! 🙂 On a adoré se promener ici, c’était tellement paisible.

    Belle journée à vous,
    Elodie et Thibaud

    • Merci pour votre commentaire 🙂
      Notre journée de visite a été dense sur Bourges… Et si on avait eu plus de temps on aurait probablement traîné dans ces marais. Explorer ce site incroyable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *