Hongrie

Visiter Budapest en quelques jours

HONGRIE – On a découvert la perle du Danube pour les 30 ans d’Élodie. Que voir, que faire à Budapest : récit de ce voyage et conseils pour profiter de la capitale hongroise et de ses incontournables.

budapest-vue-danube

Visiter Budapest en quelques jours. Une belle manière de marquer son 30e anniversaire.
Surprise ! Quelques jours après avoir célébré mon passage dans une nouvelle décennie, on embarque pour une nouvelle capitale européenne. Mathieu est à l’initiative de cette jolie surprise. Je découvre la destination en embarquant, à l’aéroport de Marseille : BUDAPEST. 

JOUR 1

– Les bains Széchenyi – 

On ne l’avait pas forcément prémédité… Mais la météo de la journée à la pluie, a décidé pour nous. Fraîchement débarqué la veille à Budapest, notre première étape hongroise sera donc :  les bains thermaux Széchenyi.

LES THERMES À BUDAPEST
Les bains Széchenyi ne sont pas les seuls bains thermaux de Budapest. Aller aux thermes fait parti du mode de vie local. La ville, qui s’étend sur une faille géologique, compte 123 sources thermales et plus de 400 sources minérales ! La majorité des bains possèdent des bassins couverts tièdes à chauds, des saunas, bains glacés, salles de massage…
Attention, si de plus en plus de bains deviennent mixtes, un bons nombre d’entre eux continuent de réserver des créneaux séparés pour les hommes et les femmes.
À mettre dans son sac : maillot de bain, serviette  – attention si vous prenez une serviette blanche classique vous risquez de vous la faire piquer par quelqu’un de peu précautionneux (on peut en parler), préférez une coloré et facilement reconnaissable -, tongs, bonnet de bain.

 

budapest-bains-szechenyi-elodie

Si on a choisi les bains Széchenyi, c’est d’abord parce que ce sont les plus grands thermes médicinaux d’Europe ! En plein coeur du Bois de la Ville (1km2), cet impressionnant bâtiment jaune du début de XXe siècle abrite pas moins de 15 bassins intérieurs et trois extérieurs (qui varient de 18 et 40 degrés). 

Le hall d’entrée est majestueux, décoré jusqu’au plafond. Après les vestiaires, les bassins s’enchaînent, on traverse les pièces les unes après les autres. Grandiose. Si certains affirment le lieu un peu défraîchit, pour nous ces marques du temps qui passe ne font que rajouter à son charme ! Tout n’est pas parfait mais l’ensemble est bien entretenu. À l’extérieur, les bassins fument. Des nuages de vapeur se créent au contact de l’eau chaude et de l’air froid (3°C ce jour-là, pour nous). Ambiance mystique garantie !

À Moscou, on avait connu une ambiance bain beaucoup plus “hot” : lire notre article Aller dans un bania en Russie. 

Sauna, hammam aromatique, alternance du (très) chaud et du (très) froid, bassin à courant… On essaie tout ! Belle expérience. Entre deux trempettes, observez les locaux enchaîner les allers-retours entre les bains chaud et glacé. Ils rentrent dans l’eau avec une facilité déconcertante. Faites ensuite l’expérience… Grimaces garanties mais ça raffermit les cuisses !

Pratique. Entrée : tarif normal avec casier 5200 forints (16,10 € ; comptez 5700 Huf, 17,70 € si vous voulez une cabine). Vous serez muni d’un petit bracelet magnétique pour passer le portique et déverrouiller le casier : un 2 en 1 très pratique !
Ouvert de 6 h à 19 h. Compter une demi-journée sur place, pour en profiter. Y aller de préférence assez tôt le matin. Vers 11 h, les groupes de touristes arrivent en nombre. Métro : M1 Széchenyi fürdo.

– Place des Héros et Monument du Millénaire –

On profite de notre passage dans le Bois de la Ville pour marcher jusqu’à la Place des Héros et sa colonne de 36 mètres de haut qui commémore le millénaire de la conquête du bassin des Carpates par les Magyars. L’occasion également d’apercevoir la patinoire en plein air la plus grande d’Europe… Ça nous donne des idées pour la suite (lire ci-dessous).
Métro : M1 Hosök tere.

budapest-place-des-heros

– Erzsébetváros –

Andrássy út et son petit métro. Cette ligne de métro toute mignonne et peu profonde (M1) relie le Bois de la Ville au centre de Budapest (Deák Ferenc tér), longeant les 2,5 km de l’avenue Andrássy út, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco pour la richesse architecturale de ses bâtiments. Ne pas manquer l’opéra national hongrois : cette belle bâtisse peut être visitée (9 euros la visite) ; mais à notre passage, les spectacles étaient organisés dans un autre bâtiment, celui-ci étant en rénovation. Dommage.
Tarifs du métro à Budapest : 350 Huf (1,10 €) le ticket, 3000 Huf (9,30 €) les 10 tickets.

Quartier Juif. C’est dans ce quartier que l’on peut visiter la deuxième plus grande synagogue du monde (après New York). Elle peut accueillir jusqu’à 3 000 fidèles. On n’est pas rentré à l’intérieur, on s’est juste contenté de faire le tour d’une partie du bâtiment, forcément impressionnant.

Ce secteur est idéal pour dénicher toutes sortes de restaurants, cuisine du monde, bon marché ou gastronomique (lire l’encadré “Où manger” à la fin de l’article). Côté boutique, on a beaucoup aimé l’atelier Printa, qui propose un grand nombre d’objets sérigraphiés. L’endroit parfait pour dénicher un souvenir idéal de son séjour hongrois (adresse : VII Rumbach Sebestyén utca 10).

Une autre envie pour un séjour en amoureux dans une capitale européenne ? Lire aussi notre article Visiter Rome en 4 jours : les incontournables

OÙ DORMIR A BUDAPEST : BOSCOLO, HÔTEL EMBLÉMATIQUE
Cette fois, exit l’auberge de jeunesse, on loge dans l’un des plus emblématiques hôtels de la ville. Cet hôtel 5 étoiles est installé dans un magnifique bâtiment du XIXe siècle. Il se divise en deux parties (une aile historique et une aile plus moderne) offrant une large gamme de prix et de chambres.
La réservation d’une chambre offre un libre accès au spa, à la salle de fitness ainsi qu’au buffet gargantuesque du petit-déjeuner. C’est l’un des gros atouts de ce magnifique hôtel, son café historique : le New York Café. Certains le considèrent comme « le plus beau café du monde ». C’est peut-être un peu trop mais c’est dans ce cadre Belle Époque qu’est servi tous les matins le petit-déjeuner. Le buffet est incroyable. Même le champagne est à disposition !
Transport depuis/vers l’aéroport. Le bus 100E relie directement aéroport et centre-ville en 45 min en moyenne. 3 arrêts : Kálvin ter, Astoria et Deák Ferenc tér (900 Huf /pers ; 2,80 €). Deuxième solution à peine plus économique : combiner le bus 200E jusqu’au métro Kobanyia Kipest (ligne 3) et prendre le métro jusqu’à votre destination. 

 

JOUR 2

– Le quartier du Château –

On quitte Pest pour rejoindre l’autre rive du Danube : Buda. Pour traverser le fleuve, on emprunte son “plus beau pont” : le pont des Chaînes. Ce fut le premier à relier les deux parties de la ville. 

budapest-palais-royal

Une fois le pont traversé : deux solutions pour grimper sur la Colline du Château (Várhegy). Ce plateau calcaire de 1 km de long, qui rentre lui-aussi dans le classement au Patrimoine mondial de l’Unesco, offre de superbes panoramas sur la ville et le Danube et abrite, entre autres le Palais Royal.

  • le Sikló : ce funiculaire de 1870, installé en face le Pont des Chaînes, permet de rejoindre le plateau sans le moindre effort ! Et en plus il est photogénique. Tarif : 1200 Huf (3,70 €) l’aller, 1800 Huf (5,60 €) l’aller-retour.
  • ou vos petites jambes ! L’ascension n’a rien vraiment de difficile. Face au funiculaire, empruntez la route qui monte en épingle. En 20 grosses minutes (pauses photos comprises) vous devriez en venir à bout.

Une fois en haut de la colline, on ne sait plus où donner de la tête : d’un côté l’énorme Palais Royal qui abrite la Galerie nationale hongroise et le Musée d’histoire de Budapest, de l’autre, une vue incroyable sur la capitale… On a toujours eu un faible pour les panoramas urbains !

Mais notre véritable coup de cœur se trouve un peu plus loin sur la colline. Le Bastion des pêcheurs et son ensemble de tourelles offrent le plus beau point de vue de Budapest ! Prenez le temps de flâner dans le coin, d’apprécier la magnifique église Mathias (pour la petite histoire c’est entre ces murs que Sissi devint souveraine de Hongrie) et bien sûr de grimper dans la tour (tarif : 800 Huf, 2,50 €).

– Budapest by night –

Bon, la météo n’a pas vraiment été de notre côté pendant ce séjour (ce qui ne nous a pas empêché d’adorer cette ville). Pluie, neige, vent, froid… On a quand même voulu tenter une sortie nocturne le long des quais, histoire de photographier les lumières de la ville. Résultat : Budapest est aussi photogénique de jour comme de nuit : ne ratez pas la mise en lumière du Parlement.

budapest-parlment-de-nuit

JOUR 3

– Nagycsarnok, grand marché couvert –

On n’allait sûrement pas passé à côté du plus grand marché couvert de la ville ! Vous connaissez notre passion pour ces temples de la gastronomie. Il faut être honnête, cette immense halle attire surtout une foule de touristes à la recherche de souvenirs de vacances. Et il y a de quoi trouver son bonheur en la matière au premier étages du bâtiment, où des dizaines de petites échoppes se font concurrence. Un peu plus loin, au même étage, plusieurs stands de restauration offrent des encas bon marché. 

budapest-marche-couvert

Les Hongrois ne montent jamais. Le marché alimentaire se trouve au rez-de-chaussée. Des guirlandes de paprika séché aux saucissons hongrois, c’est l’endroit idéal pour goûter les produits locaux et ramener des produits à la maison. Impossible de repartir sans son sachet de paprika en poudre !

– Le Parlement –

C’est le bâtiment le plus emblématique de Budapest. En bordure de Danube, le Parlement et son architecture néo-gothique s’étend sur 268 m de long pour 18 000 m2 ! Le siège de l’Assemblée nationale se visite en partie. Attention, il faut réserver quelques jours à l’avance pour être sûr d’avoir de la place sur une visite en français (elles sont très vite complètes). Tarif : 2 200 Huf (6,80 €).

Si on doit pointer du doigt le point noir de cette visite : c’est sans aucun doute la taille du groupe d’une cinquantaine de personnes environ. Heureusement ça n’empêche pas de suivre les explications et anecdotes du guide, qui parle dans un micro connecté à nos casques audio. L’intérieur du Parlement est aussi fascinant que sa façade. Salle de la Coupole, salle du Congrès, escalier du Lion, Couronne royale… sans parler des portes cigares des parlemntaires (là il faut faire la visite pour comprendre…). La visite dure une petite heure. Seule une petite partie du Parlement est ouverte au public. Pas le temps en 50 minutes de traverser les 10 cours intérieures, 13 ascenseurs, 27 portes, 29 escaliers et 691 pièces…

Dans les environs :

  • les chaussures en bord de Danube. Une soixantaine de chaussures en acier sont fixés au sol, entre le Parlement et le Pont des Chaînes. Ce mémorial conçu en 2005 est dédié aux victimes juives de la Shoah dans la ville. 

    budapest-monument-antifasciste

  • la Place de la Liberté (Szabadság tér). En 2014, un monument antifasciste est érigé en l’honneur des victimes de l’occupation allemande dans le pays pendant la seconde guerre mondiale. Mais depuis son installation, la statue de l’Archange Gabriel et de l’aigle impérial allemand est contesté. La raison ? La Hongrie n’aurait jamais était occupée contre son gré par l’armée allemande, les deux pays étant alliés. Les Hongrois eux mêmes auraient participé à ces crimes de guerre… Une partie de la population hongroise accuse aujourd’hui le gouvernement de falsifier l’Histoire, minimisant les responsabilités du pays dans ces exterminations. Toutes les fins d’après-midi depuis 4 ans, les manifestants se retrouvent pour protester devant ce monument antifasciste. 

– La Basilique Saint-Etienne –

Situé dans le quartier de Lipótváros, à quelques minutes de marche du Parlement, la Basilique Saint-Etienne est la plus grande égalise catholique de la ville, mais surtout, elle abrite une relique de la plus haute importance : la main droite   de Saint Étienne, le roi fondateur du royaume de Hongrie !

Bon ce n’est pas vraiment pour la main qu’on est allé faire un tour dans la basilique, mais pour le panorama à 360° sur Budapest offert par sa coupole. 370 marches et nous voilà sur le point le haut du quartier Pest !
Tarif panorama  : 500 Huf (1,55 €). Ouverture : oct-juin 10h-16h ; juil-sept 10h-18h30.

– La patinoire en plein air –

Mathieu s’en serait sans doute passé. Mais c’était mon week-end ! Alors quand, le premier jour en allant aux thermes, on a vu la taille de la patinoire en plein air, c’est devenu une obsession pendant tout le reste du séjour. Et j’exagère à peine. Il est 17h30 quand on arrive pour louer nos patins. Il fait nuit. L’air est frais et sec. Déjà les habitués enchaînent les tours de pistes. Des années que l’on n’avait pas chaussé des patins !

budapest-patinoire-elo-math

Quelques tours de chauffe et tout devient plus facile. Autour de nous, les Budapestois ne plaisantent pas ! Ici, chausser ses patins, c’est un peu comme chausser ses running en France… Cette sensation de glisse, au grand air, avec le château de Vajdahunyad illuminé en toile fond, est jouissive ! A ne manquer sous aucun prétexte.

Pratique : de fin novembre à fin février, 9h-13h et 17h-21h (lundi à vendredi) et 10h-14h et 16h-21h (week-end). Tarifs : 1 500 à 2000 Huf l’entrée (de 4,65 à 6,20 €) ; 800 Ft/h (2,50 €) pour la location des patins. Métro : M1 Hosök tere. Attention les appareils photos sont interdits sur la piste. 

JOUR 4

– Mont Gellert –

Dernier jour à Budapest. Comme dans toutes les grandes villes, on marche tous les jours des kilomètres pour s’imprégner le plus possible de l’ambiance. On ne change rien pour cette dernière journée. Départ de l’hôtel pour rejoindre le mont Gellert de l’autre côté du fleuve (3,4 km au compteur).

budapest-liberty-bridge

On profite de la balade pour retraverser le quartier du marché couvert, de l’université et longer le Danube. Cette fois, on emprunte le Pont de la Liberté. De l’autre côté, les thermes Gellert sont impressionnants. Ils sont les principaux concurrents des thermes Széchenyi. Moins grands, leur décor Art nouveau feraient cependant de ces bains “les bassins couverts les plus beaux de la ville”.

L’ascension du Mont Gellert débute juste derrière les thermes. Des points de vues jalonnent le parcours. Comme souvent à Budapest, si vous voulez éviter les groupes de touristes, venez en début de matinée. 

On vous l’a dit la vue sur la ville est incroyable depuis le Palais Royal. Oui mais si vous voulez avoir le Palais Royal dans votre objectif, c’est bien sur cette colline de 235 mètres de haut qu’il faut grimper ! Le temps gris et nuageux ne nous a pas offert une belle visibilité, mais l’essentiel était là. Alors imaginez ce que l’on peut apercevoir par beau temps !

Au sommet, une citadelle (fermée au public) et le Monument de la Libération surplombent la ville.

On quitte le Mont Gellert et sa vue panoramique sur Budapest. Dernière image en boite. Parfaite conclusion de ces quatre jours riches en découvertes. Budapest, see you soon.

OÙ MANGER A BUDAPEST ? NOS BONNES ADRESSES
#Quartier Erzsébetváros
Barack & Szilvia, restaurant hongrois. Une très belle surprise découverte le soir de notre arrivée. C’est notre première expérience culinaire hongroise : on teste bière locale et goulasch (forcément). Tout est bon, plutôt raffiné et copieux. Le tout dans dans un cadre chaleureux. Côté budget : 20 euros par personne, entrée, plat et bière. Réservations conseillées. 
KönyvBár & Restaurant, restaurant hongrois gastronomique. Si vous voulez vous faire plaisir, vous êtes à la bonne adresse. Ce restaurant réunit gastronomie et littérature en proposant toutes les semaines un menu thématique inspiré d’un livre (Le Hobbit, lors de notre visite). La carte est elle aussi très alléchante. Les plats parfaitement exécutés sont un délice, le cadre agréable et le service impeccable. Bref on recommande ! Tarif moyen pour une personne  : 45 euros (entrée + plat+ fromage à la carte + vin). Pensez à réserver.
Ramenka, restaurant de ramen (soupe japonaise). Si les mets hongrois, ce n’est pas votre truc, ou que vous voulez varier un peu, ce petit resto japonais authentique devrait répondre à vos attentes. Pour 6 euros, offrez-vous un ramen ! Economique et délicieux, à midi. 
#Quartier Kálvin ter 
Púder Bárszínház. Notre dernier repas hongrois. Un burger. Pas très local certes, mais la déco du lieu est originale et il y a tout un tas de choses sur la carte.

 

Envie d’une escapade dans une autre capitale européenne ? Lire aussi notre article Visiter Edimbourg en quelques jours

Categories: Hongrie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.