Italie

Visiter Rome en 4 jours : les incontournables

ITALIE  Quoi voir, quoi faire, quoi visiter en quelques jours à Rome ? Vatican, Colisée, fontaine de Trevi, Panthéon et “piazzas bellas” : nos itinéraires et nos conseils pour un séjour réussi dans la Ville Éternelle.

Italie, Rome, Vatican

Visiter Rome en quelques jours ? Che felicità ! La capitale italienne est l’une des plus belles d’Europe et elle mérite sacrément un séjour de quelques jours.
Notre conseil : découvrir la Ville éternelle hors saison, en plein hiver même, pourquoi pas. Les hordes de touristes y sont bien moins oppressantes. La météo y est plutôt clémente et Rome reste captivante toute l’année. Sans compter qu’en basse saison, les prix sont bien plus attractifs. Ça vaut bien quelques degrés en moins sur le thermomètre !

Quatre jours pour visiter Rome, c’est forcément peu. Mais ça suffit à découvrir la ville, ne rien rater des incontournables et… donner envie de revenir. Avec Rome, paraît-il, on n’en a jamais fini… La beauté se niche à chaque angle de rue. On vous détaille ici notre programme. Court, mais dense. Pour, lors d’une première visite, ne rien rater de l’incontournable, tout en cherchant l’insolite.

                                                 

JOUR 1 : visiter Rome, les incontournables

Pas toujours motivant de se lancer dans les files d’attentes des grands sites juste après avoir posé le pied à Rome… Une fois installés à l’hôtel, nous avons improvisé une (longue) balade, en nous perdant parfois avec plaisir dans les quartiers de Trevi, du Quirinal et du centre historique. Marchez : Rome est une ville qui se parcourt très bien à pied. Objectifs :

-> Le Panthéon

Cette église, ancien temple bâti il y a près de 2000 ans, est l’un des sites antiques les mieux conservés de Rome, et donc du monde. Sa gigantesque coupole ouverte mérite le coup d’œil. L’extérieur, plus marqué par le temps, profite de nuit d’un très bel éclairage. Un office est célébré à 17 h le samedi. Visite gratuite.

-> La Fontaine de Trevi

La plus célèbre fontaine de Rome s’est refait une beauté ses dernières années. Les travaux, colossaux, ont pris fin à l’automne 2015, elle est plus belle que jamais. Quel spectacle ! Et vous pouvez toujours jeter une pièce dans les bassins ; l’argent récolté participe à l’entretien du monument.

-> Il Vittoriano

Cet édifice massif en marbre blanc, construit en hommage au premier roi d’Italie Victor-Emmanuel II, abrite aujourd’hui le ministère italien de la Culture. On n’ose pas toujours passer les gardes à l’entrée, et pourtant, il est tout à fait possible de monter sur les terrasses du bâtiment pour profiter (gratuitement) de la vue sur la ville (certains sont prêts à payer 7 € pour prendre l’ascenseur panoramique qui monte sur le toit, ce n’est pas forcément nécessaire, selon nous).

OÙ DORMIR À ROME : LE CHOIX DE L’APPART-HOTEL
Comme toutes grandes capitales européennes, le prix des logements à Rome ampute le budget des voyageurs. Les auberges de jeunesse restent la solution la plus économique. Pour un peu plus de confort et d’intimité, sinon, il y a la solution appart-hôtel. Un moyen de faire quelques économies en pouvant faire quelques courses dans l’une des supérettes de la ville et en se cuisinant ses repas. Notre choix : la Residence Europa. Très bien situé (dans le quartier Monti, à deux pas de la Via Nazionale), ce petit ensemble d’appartements est calme, parfaitement entretenu et géré par une équipe toujours prête à rendre service.
Coût d’un studio pour quatre nuits (basse saison) : 210 €.

 

Italie, Rome, Vatican

 JOUR 2 : le Vatican

Le plus petit Etat du monde recèle de trésors. Mais pour pouvoir prendre le temps de les admirer, mieux vaut prévoir au moins la journée pour visiter le Vatican… Surtout quand les files d’attentes se multiplient.

-> Les Musées du Vatican.

Parmi les 7 km d’expositions et les nombreuses oeuvres, il ne faut évidemment pas passer à côté de la Chapelle Sixtine, chef-d’oeuvre qui porte entre autres la signature de Michel-Ange. Vous pourrez admirer sur son plafond neuf épisodes de la Genèse, le Jugement dernier sur son mur du fond, la vie de Moïse et du Christ sur ses murs latéraux. En revanche, ne prévoyez pas d’immortaliser la pièce en photo. “No pictures !”, meugle un garde à intervalles réguliers : elles sont strictement interdites et plusieurs agents veillent au grain. La Sixtine serait menacée par ces milliers de visites quotidiennes. Le Vatican parle d’ailleurs de construire la Chapelle à l’identique et de fermer l’originale aux touristes… Dépêchez-vous, donc.
Tarif : 16 € ; ouvert de 9 h à 18 h. A moins d’être devant l’entrée bien avant l’heure d’ouverture, prévoyez 3/4 h à 1 h de queue. Pour l’éviter, réservez vos billets en avance sur internet (nous avons regretté de pas l’avoir fait…).

Italie, Rome, musées du Vatican

-> La basilique Saint-Pierre.

Cette fois encore, pour avoir la chance de pénétrer dans la plus vaste et opulente église d’Italie (la deuxième plus grande du monde), il faut prendre son mal en patience. Ici pas de billets à réserver à l’avance, l’entrée est gratuite. La file d’attente est donc inévitable à moins de réserver un tour operator. Compter un peu moins d’une heure de queue (vous aurez le temps de contempler les colonnades qui encerclent la place Saint-Pierre).
Une fois à l’intérieur, découvrez la Pieta, autre grande oeuvre de Michel-Ange (la seule à porter sa signature), le colossal baldaquin en bronze de Bernin ou encore le tombeau de Saint-Pierre.
Entrée gratuite, de 7h à 18h30.

ALLER À L’OPÉRA À ROME
Ne vous pas fiez pas à la façade à l’architecture période fasciste. Elle dissimule un petit bijou. Le Teatro dell’Opera de Rome est un écrin enchanteur et chaleureux. Nous y avons assisté à une représentation de Rigoletto qui nous a transporté et ému, vraiment. En plus de l’italien, les sous-titres y sont en anglais, ce qui permet de suivre le récit.
Notre conseil : réserver directement sur
le site web de l’opéra, ce qui permet d’éviter les frais rajoutés par d’autres sites. Veuillez aussi, si vous êtes en balcon, à choisir les places au premier rang : vous profiterez beaucoup mieux du spectacle. Nous avions deux bonnes places pour 47 euros chacun : le prix d’une soirée mémorable. 

 

JOUR 3 : les monuments de la Rome antique

Visiter Rome, capitale du monde antique. La ville ne serait pas la même sans toutes ses vieilles pierres. Les vestiges de l’époque antique ne manquent pas et ils sont incroyables (en vivant à Nîmes, on en sait quelque chose, on baigne déjà dans la romanité ; lire aussi notre article Visiter Nîmes : les 10 bonnes raisons).

Italie, Rome, Colisée

-> Le Colisée.

L’imposant amphithéâtre, édifié en l’an 80, est le symbole de la ville. Gladiateurs et fauves se sont succédés sur la piste encouragés par au-moins 50 000 spectateurs. Si vous voulez visiter l’intérieur et éviter l’attente,  réservez sur internet vos places ou venez très tôt. Après avoir multiplié les queues au Vatican, on s’y est pris différemment : dimanche matin, réveil matinal et à 8 h 30, à l’ouverture, il n’y avait devant nous q’une vingtaine de personnes. Entrée (combinée avec le forum romaine et le mont Palatin) : 12 €. 

-> Le forum romain et le mont Palatin.

Flânez dans ce champ de ruines antiques et faites preuve d’imagination. Pour une vue sur le Forum, grimpez sur le Palatin ou le Capitole, une balade agréable. Entrée (combinée avec le Colisée) : 12 €. 

-> Pour finir la journée avec un coucher de soleil sur la ville, direction le parc de la Villa Borghese.

LOUER UN SCOOTER À ROME ? UN VESPA, BIEN SÛR
Malheureusement, les vieilles Vespa se font désormais rares dans la capitale… Comme on tenait à notre balade en deux-roues, on s’est satisfait d’un modèle récent. On a fait le tour de la ville pendant trois heures, du Vatican à la Piazza del Popolo, en passant par les grandes allées bordant le Tibre, les rues pavées du centre-historique et le Colisée.
Location de scooters en tout genre auprès de
Bici&Baci (via Cavour, tout près du Colisée) ; 45 € les trois heures pour le Vespa E125cc. Attention, 700 € de garantie sont demandés.

 

JOUR 4 : Flâner sur les places du centre-ville

La ville regorge de places, souvent célèbres, toutes plus jolies les unes que les autres. 

-> La Piazza Navona.

L’immense place construite sur le Stadio di Domiziano (Ier siècle) est la plus grande de la ville. Au centre, la Fontana dei Quattro Fiumi  (fontaine des quatre fleuves), chef d’oeuvre du Bernin, fait face à l’église de Sant’Agnese in Agone. Magnifique.

-> Il Campo de’ Fiori.

Tous les jours, un agréable marché anime “il Campo”. Le parfait endroit pour déguster les produits phares de la gastronomie italienne ou boire un cappucino en terrasse. Les serveurs parlent toutes les langues !

-> La Piazza di Spagna.

Particulièrement réputée pour l’escalier de la Trinité-des-Monts, la place d’Espagne subit le même sort que la Fontaine de Trevi. L’église en travaux a disparu derrière une immense pub…  C’est certes pour la bonne cause mais en attendant, le site perd de son charme.

-> La Piazza del Popolo.

De chaque côté de l’obélisque égyptien de 36 m, deux églises baroques quasiment jumelles ont été conçues par l’architecte Carlo Rainaldi. Insolite : un guitariste hard-rock y égrène ses solos.

MANGER UNE PIZZA À ROME
Si Italie rime avec gastronomie, la seule chose dans laquelle vous rêvez de croquer en arrivant à Rome, ce sont les pizzas. Et hormis quelques adresses qui profitent de leur emplacement touristique pour vendre des horreurs, les pizzas italiennes n’ont rien à voir avec nos versions françaises ! Ici elles sont servies al taglio (à la part) et sont vendues au poids. Si l’on ne devait retenir qu’une adresse : il Forno Roscioli. LA référence romaine. Cette “boulangerie” du centre historique, via dei Chiavari, est très fréquentée par les Romains, ce qui est généralement bon signe. Leurs pizzas sont délicieuses ! Et pour finir le repas sur une touche sucrée, les gâteaux à la ricotta ne dénotent pas. 

 

Bon, impossible de faire le tour de la troisième ville européenne en terme de superficie (après la gigantesque Moscou – lire notre article Visiter Moscou en quelques jours –  et Londres) en quatre jours. Alors on en a gardé pour la prochaine fois, en particulier la Voie appienne et ses fameuses catacombes…

Italie, Rome, toits Basilique Saint-Pierre

 

COMMENT ALLER À ROME ?
En avion inévitablement, lorsque le temps vous est compté. Beaucoup d’aéroports français proposent des vols low-cost pour rejoindre Rome. Une solution économique surtout lorsqu’on évite d’envoyer ses bagages en soute et de payer le supplément qui va avec. L’inconvénient ? Les vols sont fixés à des heures pas toujours attractives.
Une petite astuce. Beaucoup de compagnies low-cost (Ryanair, Easy-jet ou Vueling pour ne citer qu’elles) obligent souvent les voyageurs à prendre un vol aller en soirée et un retour tôt le matin. Pour éviter de perdre deux jours de visites tout en payant deux nuits d’hôtels supplémentaires, pensez à dédoubler les vols. Nous avons ainsi pris un billet Marseille-Rome vendredi en début de matinée avec Easy-Jet et un retour lundi en fin de journée avec Vueling. Résultat : quatre jours quasi-complets sur place et des billets d’avion qui nous ont coûté moins chers que ceux proposé par une seule compagnie…
Budget. Au total nous avons dépensé pour deux allers-retours Marseille-Rome : 137,22 euros. Auxquels il faudra ajouter la liaison en centre ville. Pour relier l’aéroport international Leonardo da Vinci à la Stazione Termini (gare) en 30 min, empruntez le train Leonardo Express (14 € par personne). Le plus rapide mais pas le plus économique.

Categories: Italie

7 replies »

  1. J’adore la ville de Rome j’y suis encore aller cet année !!!! Et je la trouve toujours aussi belle . J’espère que les gens a qui vous avez fait goûter le roquefort ont aimés…

  2. Le moins qu’on puisse dire, c’est que vous n’avez pas chômé 🙂 Merci pour vos conseils sur cette ville splendide et remplie de surprises, d’odeurs succulentes, de monuments grandioses, de… Vie ! Et pleine de vie, votre vidéo l’est aussi 🙂

    Grazie mille ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.