Do you know Roquefort ?

Un tour du monde avec le Roquefort !

DO YOU KNOW ROQUEFORT – LE BEST OF – Dix mois de voyage autour de la planète, et la découverte du plus “français” des fromages français pour les habitants de neuf pays, sur les cinq continents : compilation en vidéo.

S’en aller pour faire le tour du monde, un rêve qui se réalise. Mais on ne voulait partir les mains vides, sans quelque chose à offrir, sans emporter un peu de chez nous. Dans nos sacs à dos, on a prévu une petite surprise pour celles et ceux que l’on allait rencontrer en certaines étapes de notre périple. Un échantillon de patrimoine, un monument de la gastronomie française : le ROQUEFORT. Société des Caves a adhéré au projet et nous a aidé pour les ravitaillements et matériellement.

Son aspect (oui, c’est de moisissure). Sa texture. Son odeur. Son goût. Fort. Très fort. Hors de nos frontières, on s’en doutait, le Roi de nos fromages doit être sacrément exotique…
Mais ce qu’on ignorait alors, c’est que chacune de nos séances de dégustation filmées, comme autant de petites aventures en elles-mêmes, provoquerait des rencontres, toujours inattendues, souvent belles en nous laissant des souvenirs parmi les plus beaux de notre voyage. Et même quelques amitiés, qui durent encore par-delà le temps et les frontières.

                                 

Episode 1 – FINLANDE : LES GARDES DU CORPS DU PÈRE NOËL

On part à Rovaniemi, en Laponie finlandaise, trois petits jours avant Noël. Un prélude enneigé, une centaine de jours avant notre grand départ pour le tour du monde. C’est là-bas, pile poil sur le cercle polaire, que réside le plus célèbre des barbus. Objectif : lui faire goûter notre Roquefort (qui, au passage, voyage avec nous en chiens de traîneau).
Impossible ! Comme toute personnalité d’importance mondiale, le Père Noël est entouré d’un service de sécurité implacable. Imaginerait-on faire manger du frometon au président des États-Unis ? Ce sont donc ses elfes qui s’y collent. Sans trop de difficultés, ils sont habitués à l’Aura, un bleu – mais de vache – fabriqué en Finlande.

Au barbu, on parvient tout de même à offrir une boîte de Templiers, le plus puissant des caves Société. Une confidence (les enfants, ne lisez pas ça) : le personnage sous la barbe connaissait le Roquefort et il nous glisse qu’il adore ça. Une fois n’est pas coutume, c’est le Père Noël qui est content de son cadeau.

Voir la vidéo Finlande, un cadeau pour le Père Noël

Episode 2 – ESPAGNE : ME GUSTA EL ROQUEFORT, ME GUSTAS TU

Puisqu’on s’envole de Barcelone, autant en profiter pour “tester” le Roquefort avec les Espagnols. Première expérience : à l’ancestral restaurant le Raco de Vila. On nous a soufflé que le chef Esteban Nuñez, plus de 40 années d’expérience en cuisine, propose toujours des sauces au Roquefort à ses clients. On lui apporte un joli morceau de fromage, il accepte de nous livrer deux idées de recettes simples et de les réaliser devant notre objectif. Un moment sympa.

Ensuite, deux séances de dégustations dans des marchés (on adôôôre les marchés). Celui de la Boqueria, le fameux, situé en bordure de la Rambla à Barcelone, puis dans le typique petit mercat hebdomadaire de Gérone où vit notre amie Laura, qui nous file un sacré coup de main pour expliquer, dans la langue de Cervantès, pourquoi deux Français se baladent dans les allées en voulant faire manger du fromage à tout le monde. Finalement, c’est plutôt simple, la majorité des Catalans connaissent le Roquefort. Et ils l’aiment !

Voir les vidéos Espagne, du Roquefort ? Si Señor ! 

Episode 3 – RUSSIE : TRAFICANTS DE FROMAGE

Maudite politique. Le Roi des fromages est victime de l’embargo décidé par Poutine sur les produits européens. Ne cherchez pas, impossible d’en dénicher le moindre morceau dans toute la sainte Russie. Comme c’est la première étape de notre Tour du monde, on décide de lui faire passer la frontière avec nous. Avec notre pain entier de Roquefort récupéré directement à la sortie des caves (voir la vidéo) et divisé dans nos deux sacs, on croise les doigts à la douane et… ça passe. Ouf !
Mais le plus dur commence. Le Slave n’est pas le Latin. À l’inverse des Catalans, les Russes accueillent avec une froideur glaçante l’effronté qui les apostrophe de manière imprévue. Qui plus est avec une assiette de fromage à la main. Malgré l’aide de Vika, notre hôte Couchsurfing, pour la traduction (lire aussi notre article sur Moscou), on essuie des refus en série dans les rues de la capitale. Notamment de la part des sosies qui se disputent les selfies – payants – avec les touristes. Quelques jours plus tard, par hasard, sur les réseaux sociaux, on tombera sur un article relatant une violente bagarre entre deux sosies de Lénine et Staline… Maudite politique.

Voir la vidéo Les Russes ont goûté le Roquefort, malgré tout

Episode 4 – CHINE : SCORPIONS CONTRE ROQUEFORT

Bon sang qu’est-ce qu’on a marché ! Presque deux jours, aux quatre coins d’une tentaculaire capitale, à la recherche d’un morceau de Roquefort. Le quartier des ambassades, les adresses des travailleurs européens, les supermarchés de luxe… Presque deux jours, donc, de quête et d’enquête, dans un pays où chaque panneau est une énigme et où personne, ou presque, ne cause anglais. On finit par trouver la précieuse pâte persillée – 7,20 euros les 100 grammes, un prix inabordable pour le péquin moyen – dans une épicerie pour expatriés.

Mais comment organiser une dégustation quand la communication est si compliquée avec les locaux ? Notre sauveur s’appelle “Patrick”, un jeune Chinois qui a étudié en France et qui a découvert notre projet sur les réseaux sociaux. Il nous contacte pour nous proposer de nous aider ! On se retrouve sur le marché de Wangfujing (lire aussi notre article sur Pékin), sous une pluie battante, où il nous aide à conclure un pacte avec les vendeurs. « OK les gars, on teste vos scorpions grillés et autres gourmandises du même genre, et vous goûtez notre cher roquefort ». Vous savez quoi ? Les plus angoissés n’ont pas été ceux que l’on croit…

Voir la vidéo Chine, “goûte mon Roquefort, je teste tes scorpions !” 

Episode 5 – VIETNAM : NOT IN MY NEM

C’est certainement une première mondiale. Des nems au roquefort, voilà ce qu’on commet, à Ho Chi Minh Ville. La rencontre – pas forcément la plus heureuse – de deux gastronomies fantastiques, la vietnamienne et la française. Ça se passe dans les cuisine du Dong Pho, le restaurant de l’adorable Madame Phung-Thao Doan. Quand on est venu lui parler de notre idée bizarre, elle a dit “oui” illico. Avant le service du midi, on débarque donc débarqué avec notre beau morceau de roquefort, acheminé jusqu’ici tout spécialement pour nous par Société.

Personne n’en avait jamais vu, encore moins goûté (au Vietnam, le fromage, c’est de la Vache qui rit et c’est surtout pour les enfants). Du roquefort dans les nems. Dans les rouleaux de printemps. Dans les sauces, même. Avec les cuisiniers du Dong Pho, on glisse notre grain de Roquefort partout. Ensuite, ils goûtent. C’est là que ça se complique… 

Voir la vidéo Vietnam : des nems au Roquefort !

Episode 6 – SINGAPOUR : UN JOYEUX ANNIVERSAIRE

Notre histoire avec Singapour, c’est celle d’une belle rencontre. Sur les berges du lac Baïkal, avec Fred et Niall, deux jeunes Singapouriens qui effectuent le voyage en transsibérien dans le sens inverse du nôtre. Un soir, on leur explique notre histoire de fromage et ils nous invitent chaudement à faire halte chez eux, quelques mois plus tard. On passe une semaine extraordinaire, à vivre comme des locaux, dans leur fascinante ville-État, pendant les célébrations du cinquantenaire de la fondation du pays. Du Roquefort pour un anniversaire, en voilà un chouette cadeau.

Sinon, depuis, les liens sont restés très forts avec Fred. On est toujours en contact, il est venu nous rendre visite en France (après le Roquefort, on lui a fait découvrir la raclette, les coeurs de canard ou encore la course camarguaise, le pôvre) et on sait qu’on se reverra encore. Une belle rencontre, oui.

Voir la vidéo Singapour : du Roquefort pour un anniversaire.

Episode 7 – NOUVELLE-CALÉDONIE : UN GRAND HONNEUR

Si le paradis existe, c’est sûr, c’est à ça qu’il ressemble. À l’île des Pins, en Nouvelle-Calédonie, à une heure d’avion de Nouméa. Sable blanc et incroyablement fin (on n’avait jamais vu ça), eaux limpides, palmiers. On y retournerait tout de suite… Là, quelques semaines seulement après l’obtention de notre Niveau 1 de plongée sur l’île de Koh Tao, en Thaïlande, on s’offre une plongée. Une fois remontés à la surface, on parle de notre voyage et de notre défi à notre moniteur, Nicodième, un gaillard imposant d’au-moins 130 kilos. Membre éminent de sa tribu de Kuniés, l’une des huit qui vivent sur l’île,  il nous invite le soir-même chez son père à l’occasion d’un événement particulier : un dîner familial de rupture de deuil. Un grand honneur que peu d’étrangers ont connu. Un souvenir inoubliable.
Évidemment, on n’est pas arrivés les mains vides. Ce soir là, aux côté de l’igname, du taro ou du manioc, sous les cocotiers, il y avait du roquefort au menu.

Quelques jours plus tôt, grâce à Coralie, du blog Schuldis world, on avait aussi pu tourner une séquence de dégustation dans une école primaire de Koumac, en brousse, au nord de la Grande Terre. Encore une super rencontre qui a débouché sur notre participation au collectif de blogueurs écoresponsables Eco’Green, lancée par Coralie. 

Voir la vidéo Nouvelle-Calédonie : du Roquefort sous les cocotiers.

Episode 8 – CHILI : LA GÉNÉROSITÉ DE DANIEL

Daniel est un Santiaguino pur sucre. Il avait passé quelques mois en France, en tant qu’assistant d’espagnol dans un collège de Lozère. C’est là que Mathieu l’a rencontré, lors de soirées un tantinet arrosées. Message via Facebook, des années plus tard : “Coucou Daniel, on est de passage au Chili, on se voit ?”. Réponse : “Oui ! Et vous dormez à la maison !”  Et voilà comment on se retrouve à passer toute une semaine chez lui et sa chérie Barbara, qui nous guident le jour dans les quartiers d’une capitale qu’ils connaissent sur le bout des doigts et la nuit dans les spécialités culinaires – et viticoles – du pays. C’est eux qui nous font découvrir le marché central de la Vega et ses mille marchands, l’un des lieux les plus authentiques et vivants de Santiago, ouvert 365 jours par an. À la Vega, c’est connu, on trouve de tout. De tout, sauf du Roquefort. Ça, c’est nous qui l’avons apporté.

Voir la vidéo Chili : du Roquefort inonde le marché.

Episode 9 – AFRIQUE DU SUD : À L’UNANIMITÉ

Dernière étape de notre tour du monde. On ne va tout de même pas rentrer sans mettre en boîte une dernière dégustation de Roquefort, non ? Sauf que voilà, il est quasiment impossible de trouver la précieuse pâte persillée en Afrique du Sud. C’est Adrienne, Française expatriée depuis quelques mois et… ancienne salariée de Société, qui nous offre la solution. Elle en avait trouvé chez un fromage du Cap pour Noël et en avait acheté pour faire plaisir à ses invités, le soir du réveillon. Il lui en reste un peu : elle nous le donne ! On peut donc le faire goûter dans le cœur de la ville, aux abords de Green Market square, à une population noire qui ne le connaissait pas du tout. Sentence unanime : tout le monde a a-do-ré. Cette fois, on peut rentrer.

Voir la vidéo Afrique du Sud : le Roquefort débarque au Cap.

4 replies »

  1. Aveyronnaise, j’ai découvert votre site via une copine qui bosse chez Verdier. J’ai trouvé l’idée de votre blog absolument géniale, marrante, pleine de bon esprit. Ton très sympa. Bravo et bonne continuation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *