Nouvelle-Calédonie

Île des Pins : cinq incontournables au paradis

NOUVELLE-CALÉDONIE – Pirogue, baie d’Oro, plages, plongée, langouste : le Top 5 pour un séjour réussi sur l’île des Pins. 

Nouvelle-Calédonie, Île des Pins, sable blanc

L’île des Pins. S’il existe, c’est sûr, c’est à ça que le nirvana doit ressembler. À ces plages-là. Jamais on n’avait vu un sable aussi fin. Sa texture est proche de celle de la farine. Jamais on n’avait vu une eau aussi claire. Cette île, à une demi-heure de vol de Nouméa, est une merveille. On y a passé trois jours enchanteurs. Le plus difficile, c’est d’en partir. D’être comme chassé du paradis. La preuve par cinq.

1 – Naviguer en pirogue dans la baie d’Upi 

Nouvelle-Calédonie, Île des Pins, en pirogue

Chaque personne rencontrée en Nouvelle-Calédonie nous l’a dit : si vous allez sur l’île des Pins, offrez-vous l’excursion en pirogue. Tous les campings et hôtels de l’atoll la propose. Départ le matin en minibus du camping (lire notre encadré où dormir sur l’île des Pins, à la fin de l’article) jusqu’à la baie Saint-Joseph pour embarquer, un quart d’heure plus tard, à bord d’une pirogue mélanésienne traditionnelle.

La traversée de la baie d’Upi dure environ deux heures, d’abord au moteur puis très vite à la voile, dans un silence propice à la contemplation des lieux.
Lors de notre croisière, il ne faisait pas beau. Les rochers qui émergent des flots façon baie d’Halong, les pins colonnaires de part et d’autre de la baie, les gigantesque tortues qui passent sous les flotteurs ou encore les dauphins, au loin : sous le ciel gris, c’était déjà magnifique. Avec du soleil, tant de beautés, ça doit être à la limite du supportable.
Tarif : 4200 francs (35,20 euros) par personne.

2 – Manger une langouste sur la plage

Nouvelle-Calédonie, Île des Pins, langouste

Là, on s’est fait plaisir. Après nos dix jours de camping sur la Grande Terre, ambiance nouilles chinoises, sandwiches et taboulé, on était en avance sur le budget. Alors on a craqué. Deux “menus langouste” au Kougny, restaurant accolé à une plage splendide, qui ne se gagne qu’après un quart d’heure de marche en forêt sur l’île Ko Ngéaa Ké. En plat de résistance : une langouste parfaitement grillée pour chacun, arrosée d’un picpoul-de-pinet bien frais, sur des tables en bois installées directement dans le sable. Elle est pas belle la vie ?
Tarif : 17 000 francs (140 euros) les deux repas, avec le vin.

3 – Se baigner dans la piscine naturelle d’Oro

Nouvelle-Calédonie, Île des Pins,  piscine naturelle d'Oro

On a eu la chance d’assister pleinement au phénomène. Après une petite croisière en pirogue (lire ci-dessus) et trois quart d’heure de marche dans la forêt et le lit d’une rivière, on est arrivé à la piscine d’Oro alors que la marée commençait à monter. Notre première réaction ? Ouais, bof. C’est ça leur fameuse piscine naturelle ? Deux cent mètres de plat avec quelques centimètres de flotte et au fond, un petit bassin entre des rochers ? On a tout de même enfilé masques et tuba et on s’est avancé vers le bassin en question. Et alors qu’on venait de se mettre à l’eau, la magie a opéré.

Le niveau de la mer est passé par-dessus les cailloux qui ferment le site, formant une barrière naturelle, et l’endroit s’est entièrement rempli d’une eau cristalline. Dessous, un véritable aquarium tropical. Dans seulement quelques mètres de profondeur, des coraux par dizaines, des anémones et leurs poissons clowns, de gigantesques bénitiers multicolores et des dizaines et des dizaines de poissons de toutes tailles et couleurs. Incroyable. Sublime. Et inoubliable.

4 – Se prélasser sur le sable blanc de Kuto

Nouvelle-Calédonie, Île des Pins, plage de Kuto

Comment imaginer qu’un sable blanc aussi fin puisse exister ? Forcément, tout le monde a une petite idée de ce que pourrait être la “plage paradisiaque” par définition. On pensait nous aussi savoir, mais c’était avant de poser les pieds sur la plage de Kuto, dans le sud de l’île. Sable blanc, eau transparente, bordée de pins, avec en toile de fond un ciel bleu parsemé de nuages. Cliché. Merveilleux cliché dont on ne se lasse pas.

On peut y revenir le lendemain, la féerie est encore au rendez-vous. Les plages de Thaïlande (notre article Visiter Koh Tao : bons plans et conseils) semblent même fades à côté des merveilles de l’île des Pins. Car Kuto n’est pas le seul coin paradisiaque de ce bout de terre : sa voisine la plage de Kanaméra et son rocher tabou n’ont rien à lui envier. Ne résistez pas. Laissez vous bercer par le bruit des vagues le temps d’une sieste à l’ombre d’un pin. Le réveil n’en sera que plus beau. Parce que le rêve continue.

5 – Faire de la plongée à la découverte d’étonnants fonds marins

Nouvelle-Calédonie, île des Pins, plongée

Ceux qui ont suivi le savent : nous ne sommes pas de grands plongeurs. Tout juste certifiés Open Water, en Thaïlande, deux mois plus tôt, on mourrait d’envie de tenter à nouveau cette expérience sous-marine. Et on ne pouvait rêver meilleur endroit que l’île des Pins : visibilité exceptionnelle, faune et flore multicolores… Bref, on n’a pas longtemps hésité : notre première vraie plongée se fera ici. Pas grand choix de centre de plongée sur l’île : Kunie scuba center est seul depuis 1974. Nicodème, enfant du pays, sera notre moniteur du jour. Une rencontre qui débouchera d’ailleurs sur un repas extraordinaire, dans sa famille (voir notre vidéo: Nouvelle-Calédonie : du roquefort sous les cocotiers).

Notre niveau ne nous permet pas encore d’explorer les passes (très fréquentées par les requins), où le courant est très fort. Mais nos deux plongées du jour nous permettent de jouer avec Nemo et ses frères, d’observer notre première tortue, de titiller les raies des sables, et de s’étonner encore de cette formidable sensation d’apesanteur.
Tarif : 16 000 francs les deux plongées, soit 134 euros. Kunie scuba center, sur la Baie de Ouaméo, au sein de la tribu de Gadji.

L’ILE DES PINS EN PRATIQUE
Comment y aller ?

Deux options possibles : le bateau ou l’avion. Le premier est plus économique bien sûr, mais les allers sont peu fréquents, et les retours ne correspondent pas toujours aux envies. Pour plus de renseignements, direction la gare maritime à Nouméa, quai des Volontaires : le Betico 2 relie l’île des Pins plusieurs fois par semaine, durée 2h30 (consultez le planning des rotations). A partir de 5450 francs l’aller simple, soit 45,70 euros.
Les horaires du bateau ne correspondant pas à nos projets, nous avons préféré l’avion et la compagnie locale Air Calédonie. Le vol ne dure pas plus de 30 minutes et permet de contempler la barrière de corail, vue d’en haut. Supebe. Tarifs : 17 330 francs par personne l’aller-retour, soit 145,20 euros. Réservez au moins une semaine à l’avance, surtout si vous partez dans le week-end. Demander à votre hébergement sur place, de venir vous chercher à l’aéroport (nous avons payé 1500 francs par personne l’aller-retour aéroport-camping, soit 12,60 euros )
Hébergement sur l’île des Pins ?  
Hôtel 5 étoiles, gîtes, bungalows ou camping. Tout est possible. La solution la plus économique (et c’est ce que nous avons choisi, car le paradis a un prix), c’est bien évidement de dormir sous la tente. Parce qu’on nous en avez dit du bien et parce qu’il est idéalement situé (à deux pas de la plage de Kanuméra), nous avons choisi le gîte-camping Nataiwatch (1800 francs la nuit pour deux, soit 15,10 euros). Prestations convenables, site plus qu’agréable. Possibilité de réserver sur place toutes les excursions et activités possibles sur l’île. .

 

Categories: Nouvelle-Calédonie

3 replies »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.