Mongolie

Russie-Mongolie : traverser la frontière en bus

MONGOLIE – Nous avons délaissé temporairement le rail et l’option Transmongolien pour relier Oulan-Oudé, Russie, à Oulan-Bator, Mongolie. La route est la solution la plus économique.

Russie-Mongolie, frontière

 

Située à l’est du lac Baïkal, Oulan-Oudé constitue le plus souvent l’ultime arrêt russe des voyageurs du Transsibérien en partance pour Beijing. La capitale de la Bouriatie est bien différente de la Russie occidentale. Ici, les têtes blondes cèdent leur place aux cheveux noirs et aux yeux bridés. Plus de doute, on est bien en Asie. 

Si la ville constitue un bon point de départ pour des  excursions vers le lac Baïkal (pour ceux qui auraient manqué l’arrêt Irkoutsk), elle n’a pas vraiment d’autres intérêts. Ah si ! C’est ici, en plein centre-ville que l’on trouve une monumentale tête de Lénine. La sculpture serait la plus grande du genre dans le monde (7,7 mètres, il paraît que c’est même dans le Guiness book). Fierté locale. Mais qui ne mérite pas un arrêt en soi. Si Oulan-Oudé ne fait pas partie de votre itinéraire, ne vous arrêtez pas pour elle, ni d’ailleurs pour le quartier des maisons en bois, qui ne diffèrent pas de celles croisées dans le reste de la Sibérie.

Cap sur la Mongolie

A deux jours de la fin de validité de notre visa russe, on quitte donc le Transsibérien à Oulan-Oudé pour passer la frontière russe en bus. Pourquoi ? Nous aurions pu, c’est vrai, continuer le périple en train, jusqu’à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, suivant le tracé du Transmongolien. Oui mais voilà, le train n’est pas ici le transport le meilleur marché (près d’une centaine d’euros), ni le plus rapide. 

L’autobus est un moyen de transport très prisé dans le coin. Tous les matins, à 7 h 30, un véhicule (un grand de 45 places, pas une petite marshrutka) quitte la ville pour rejoindre la Mongolie. Et tous les jours, il affiche complet. Impossible pour nous, en arrivant à la gare à 16h40, d’acheter des places pour le lendemain.

Nous réservons deux tickets par le biais de notre guesthouse (UU guesthouse, qui au passage ne mérite pas forcément toute la publicité dont elle jouit) : 1800 roubles la place, soit 31 €. La fatigue et l’assurance d’un nouveau moment un peu compliqué au guichet nous font céder à la facilité. Avec un peu de recul, on vous déconseille de passer par un intermédiaire. Le billet est à 1500 R (26 €) à la gare routière, d’où part le bus le lendemain (attention, le lieu de départ n’est pas toujours indiqué là sur les guides). A une vingtaine de minutes à pied de la statue de Lénine, l’effort en vaut la peine. 

Long arrêt aux frontières

Passage frontière mongoleLe 20 avril (dernier jour de validité de notre visa), 7 h. On est prêts à embarquer à bord du bus pour 12 heures de trajet (“plus ou moins”). Comptez dans ce délai près de deux heures pour franchir la frontière : un premier arrêt côté russe, où on vérifie votre identité et fouille vos sacs et un second à la frontière mongole, où cette fois le contrôle est plus rapide. Il suffit de remplir un petit formulaire d’entrée, que le chauffeur du bus vous donne. Et hop, un nouveau tampon vient décorer votre passeport (depuis 2014, plus besoin de visa pour entrer en Mongolie lorsque l’on est Français). 

Le plus dur est derrière vous. Après une pause déjeuner, sitôt les formalités réglées, le bus file jusqu’à Oulan-Bator. Si l’on occulte le moment où une Mongole d’une cinquantaine d’année, totalement ivre, vomit sur le siège devant nous, on peut dire que le voyage s’est dans l’ensemble assez bien déroulé.

Arrivée peu avant 20 heures à la gare routière Dragon Avto Vaksal, à 6 km à l’est de la place Gengis Khan, sur Peace avenue. Pas de conseil à vous donner pour rejoindre le centre-ville. Il existe des bus de ville. Les taxis, qui n’ont pas l’air bien officiels, prennent d’assaut les voyageurs (on était les deux seuls occidentaux, ils ne nous ont pas ratés). Nous, on a eu la chance de rencontrer une jeune femme dans le bus qui nous a gentiment proposé de nous déposer devant notre guest-house. Premier témoignage de la gentillesse des Mongoles. Il y en aura bien d’autres.

Categories: Mongolie, Russie

9 replies »

  1. Bonjour,
    c’est fou que je tombe sur vos articles qui répondent aux questions que je me pose pour mon voyage de cet été … où avez-vous trouvé les infos pour les bus ? pensez-vous qu’il existe la même combien au départ d’Irkutsk ?
    Je vais continuer à lire vos articles et vous laisserait peut-être d’autres petits commentaires 🙂
    merci beaucoup,
    Milena

    • Bonjour Milena,
      Les infos sur les bus et les transports en général peuvent t’être données dans les hôtels ou auberges de jeunesse. Même si tu n’achètes pas les billets par leur intermédiaire, ils sont toujours de bons conseils. Tu peux également te rendre directement dans la gare de bus de la ville en question mais si tu ne parles pas russe, c’est plus difficile de se faire comprendre.
      Si tu veux partir d’Irkutsk en bus pour rejoindre Oulan Bator, je pense que tu passeras forcément par Oulan Oudé (à vérifier si le bus est direct ou s’il te faut changer à Oulan Oudé). Quoi qu’il en soit, les liaisons entre Irkoutsk et Oulan Oudé sont assez fréquentes.
      Si tu as d’autres questions, on répondra avec plaisir à tes petits commentaires !
      A bientôt !

  2. Bonjour,
    merci également pour ce site qui en plus de nous faire rêver nous permet de préparer au mieux notre voyage.
    Je suis notamment rassuré de voir que la frontière Russie/Mongolie en bus se fait relativement bien et que la formalité consiste en un simple document papier à remplir.

    Nous concernant (on part pour 6 mois en transsiberien fin Juin), on est passé par action-visa pour le visa russe car le voucher seul ne nous suffisait pas pour faire une demande à Paris (le consulat souhaitaient également les factures d’hôtel du séjour que nous n’avions pas). En passant par le consulat de strasbourg, il semblerait que ca soit moins compliqué… Bref en payant ca a été assez simple de l’avoir (parcours approximatif et pas besoin de réservations d’hotel). Pour la Chine on le fera en Mongolie. Il semblerait que UBGuesthouse (Ulan Bator) aide à l’obtention….
    Enfin pour le trajet l’achat des billets 45 jours avant le départ sur http://pass.rzd.ru/main-pass/public/en (en anglais) est très confortable.

    D’ici fin Juin je continuerai de vous suivre et de prendre note de vos précieux conseils!

    Petite question : Pour la Mongolie, comment avez vous procédé pour planifier votre trip (longtemps à l’avance?) et auprès de quel organisme?

    Bonne route!

    Jean-Charles.

    • Salut Jean-Charles !
      Merci de nous suivre. Pas de difficulté pour le visa chinois à Oulan-Bator (on a un article sur la question qui arrive). Concernant UB guesthouse, il aiderait en effet à obtenir une lettre d’invitation chinoise (le même type que pour la Russie). Il se trouve que notre dossier est passé sans ce document. Du coup, la question a été facilement réglée pour nous !
      Pour la Mongolie, on n’avait rien planifié à l’avance, on a procédé sur place, en faisant le tour des agences et des guesthouses. Sur place, c’est toujours plus facile de négocier… Mais on avait aussi la chance d’être complètement hors-saison et de réussir à former un groupe de cinq personnes. En pleine saison, c’est peut-être plus délicat d’improviser, sauf à être prêt d’attendre quelques jours à UB avant de partir. Tiens-nous au courant.

      • Dsl je n’ai pas recu de notification pour ton commentaire que je viens de lire depuis St Petersbourg. Apres Tallinne et Helsinki nous entammons notre 3e semaine et partons demain pour Moscou avant de rejoindre Irkoutsk. On vous suit! Merci pour ton mail sur le Visa Chinois c’est rassurant. Lol pour le comportement des Chinois on a deja un apercu en Russie… On a fait un modeste blog pour donner des nouvelles si ca tinteresse joetjc.over-blog.com. Tres binne continuation

  3. Salut, j’adore votre blog, vos conseils….. Je l’utilise pas mal pour préparer mon futur voyage!! L’idée du bus pour arriver en Mongolie me semble en effet bien plus économique que le TransMongolien, du coup, j’hésite! Par contre, pour ma demande de visa et mon voucher, je n’avais pas prévu Oulan-Oudé, est ce que cela pose un problème? Merci,
    et merci de partager avec nous toutes ces infos!! 😉

    • Salut Jenny !
      Merci beaucoup de nous suivre. On est aussi passé par pas mal de doutes concernant le visa russe. Après coup, on peut te certifier que rien de ce que tu vas écrire pour obtenir ton visa russe (sur le formulaire ou le voucher) ne sera vérifié ! Une fois ton visa en poche et tes pieds sur le territoire russe, tu peux faire ce que tu veux (du moment que tu sors du pays avant la fin de ton visa).
      Autre petit conseil : on s’est fait “avoir” en payant un enregistrement dans un commissariat (par l’intermédiaire d’une guesthouse). Beaucoup de gens te diront qu’il faut t’enregistrer au moins une fois quelque part en Russie. On ne nous a jamais demandé la preuve de notre enregistrement (pas même à la sortie du pays). A toi de voir, mais si c’était à refaire, on ne payerait pas !
      Si tu as d’autres questions, n’hésites pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.