Sri Lanka

Plantations de thé au Sri Lanka : Ella ou Haputale ?

SRI LANKA – Les montagnes du centre de l’île offrent certains des plus beaux panoramas du pays. Les plantations de thé sont incontournables. Dans quelle ville faire étape ? La très prisée Ella ou la discrète Haputale ? 

Haputale, Lipton's seat

Ella ou Haputale ? Au Sri Lanka, dans la région des montagnes du centre de l’île, c’est la question qui se pose.
Fouler à nouveau les sentiers étroits des plantations de thé, on en rêvait. Depuis que l’on a découvert ces paysages collinaires et verdoyants à Munnar (lire l’article Les 10 merveilles de l’Inde) en 2013, on était impatients de retrouver ces panoramas à couper le souffle. Rizières, vignobles, plantations de thé… L’homme peut faire beaucoup de mal à la planète, mais il lui arrive aussi de la sublimer. Revenons à notre thé. Le Sri Lanka est réputé pour ça. Son fameux thé de Ceylan.  

Direction les montagnes du centre de l’île. L’unes des plus belles régions du pays, loin de la chaleur étouffante des côtes sri lankaises. Le coin compte les sommets les plus hauts du pays, dont le très convoité Adam’s Peak.

<< Petite parenthèse… Comme beaucoup on envisageait son ascension de nuit pour s’offrir le lever du soleil au sommet. Les mois d’été ne sont pas propices à cette petite folie. La zone est trop humide, le chemin dangereux et les chances de voir le brouillard se dissiper une fois en haut, quasi-nulles. Après avoir lu beaucoup de témoignages sur les déceptions de l’ascension dans ces conditions, on a tout simplement supprimé l’Adam’s Peak de nos projets. Une prochaine fois peut être. >>

E L L A 

“Bienvenue au village unanimement préféré de la région montagneuse” (Lonely Planet)… On s’est dit que si Ella était si populaire, c’est forcément qu’il y avait quelque chose spécial, que les touristes ne se pointaient pas dans cette ville par simple effet de mode. Nos premiers pas sur place nous font vite déchanter. On peut difficilement faire plus désagréable que l’avenue principale d’Ella, qui se résume à une route très passante où camions et bus défilent à toute vitesse. Bruyante, polluée, poussiéreuse. Cafés, restos et salons de massages s’agglutinent le long de l’artère proposant leurs services à des prix de touristes, le tout dans les effluves des gaz d’échappement. Rien de bien authentique. Les guest houses les plus prometteuses se disputent les hauteurs alentours, mais elles sont peu accessibles à pieds. 

Compliqués pour nous (sans véhicule) d’envisager de nous éloigner du centre. On se contente d’une adresse à proximité, conseillée par le Lonely Planet et relativement bon marché pour la ville : Rock view guest house. Rien d’extraordinaire, propreté moyenne, emplacement intéressant (4 500 R la nuit).

Une ville avec peu d’intérêt mais quelques bonnes adresses

Sri Lanka, EllaOn ne va pas se mentir, ce “quartier” d’Ella a été construit pour le touriste. Le petit village est devenu ville parce que les locaux ont su s’adapter à la demande et séduire en proposant une ambiance néo-hippie branché. On ne crache pas dans la soupe, certaines adresses sont sympas. On a siroté plusieurs fois une bonne bière au Element hiking bar, en retrait de la route principalement, en direction de la gare.
Côté restos aussi, quelques bonnes surprises : le N2 restaurant ou le Roti Hut nous ont laissé un bon souvenir même si les prix du second pourrait être plus raisonnable.

Une ville sans intérêt, donc, des plantations de thé clairsemées autour. Déception. On a une derrière carte à jouer, parfaitement résumer par le Routard : “Des développements de guesthouses en veux-tu en voilà jusqu’à dénaturer certaines crêtes ; une ambiance un peu néo baba cool qui en agacera certains ; des soirées parfois festives et bruyantes. Pourtant que la montagne est belle ! Si propice à de magnifiques randonnées vers de vers et beaux sites naturels.”

Coup de cœur pour le Little Adam’s Peak

En partant pour LA randonnée du coin, celle du Little Adam’s Peak (4,5 km, annoncé 1h30 l’aller-retour) on ne savait pas top à quoi s’attendre. Première bonne surprise : en quittant la route, on tombe sur les premières plantations de thé. Il y a encore peu de monde sur le sentier. Le coin est agréable, on monte gentiment. Puis ça se corse un peu pour finir en beauté. La balade vaut franchement le détour. La vue dégagée au sommet est impressionnante. En face, on aperçoit une partie de l’Ella Rock (l’autre sommet à gravir dans le coin, 3 à 4 heures de marche aller-retour), dont le sommet disparaît derrière la brume.

Balade improvisée 

On profite un long moment de la vue, sous un soleil de plomb. L’ombre se fait rare, les marcheurs arrivent de plus en plus nombreux (fin de matinée = heure de pointe). On redescend tranquillement. Un panneau à mi-chemin nous indique une usine de thé à moins de 2 km. On se laisse tenter.

Finlays Newburgh Estate.
Les visites se font par petit groupe. Devant nous, six personnes attendent leur tour, on se greffe à eux. La visite est rapide. Les photos sont interdites à l’intérieur de l’usine (et c’est bien dommage). On passe par toutes les étapes de fabrication. Et pour bien finir : le verre de thé offert après la présentation des différentes variétés produites par l’usine.
Coût de la visite : 500 R/ personne.

Sri Lanka, Ella, Nine arches bridge

Nine Arches Bridge.
C’est un incontournable d’Ella. Le Nine Arches Bridge, le pont aux neuf arches comme son nom l’indique, se situe à 30 minutes à pied du village. On peut y accéder en suivant la voie ferrée (direction Badulla) ou, comme nous en continuant depuis l’usine de thé, d’abord jusqu’à un point de vue, puis en redescendant jusqu’à la voie ferrée. Bien sûr le petit plus, c’est d’être là quand un train circule sur la voie. En vous renseignant, vous pouvez calculer votre coup et anticiper l’arrivée d’un train sur Ella. Ou comme nous avoir un peu de chance, et profiter du passage du train depuis le point de vue (qui est en fait un petit bar ; on a acheté une bouteille d’eau sur place pour profiter de la vue, mais rien n’est exigé).
On ne l’a découvert qu’une fois rentré de notre petite expédition, mais une carte (format A4) est disponible dans le village avec les différentes “attractions” du secteur…

Petites chutes de Rawana.
Après cette chouette balade improvisée dans les environs d’Ella, qui nous a franchement réconcilié avec la destination, on repart pour d’autres découvertes. La journée est malheureusement trop avancée pour partir à l’assaut de l’Ella Rock. On décide donc de suivre la voir ferrée, côté Kandy cette fois. A 2,5 km, d’Ella, le guide mentionne les petites chutes de Rawana. Là, il faut être honnête, on a été déçus. Le lieu est plutôt chouette et on était quasiment seul. Mais la saison ne s’y prêtait pas. La cascade se résumait à un petit filet d’eau… Pensez donc à vous renseigner avant !

BILAN
Certains auront sans doute aimé l’ambiance d’Ella. Excepté le plaisir de siroter une bonne bière fraîche après une journée de vadrouille, le village ne nous a pas vraiment emballé. Les paysages de plantations nous ont aussi un peu déçus. Rien à voir avec ce qu’on a observé dans le train. Les plantations sont là, mais n’offrent pas de très beaux panoramas (les choses sont sans doute différente si vous êtes équipé d’un véhicule). En revanche il y a de jolies choses à découvrir dans le coin. Le Little Adam’s Peak est un passage obligé tout comme le très photogénique Nine Arches Bridge.

H A P U T A L E

Direction Haputale. On reprend le train (Ella-Haputale, 100R/personne). Cette fois le trajet est un peu plus serein (lire ci-dessous notre première expérience). On arrive à s’asseoir, même si on partage très vite nos sièges avec une famille sri lankaise. Une jolie rencontre. Une heure plus tard, on descend. Au premier coup d’œil, Haputale n’a rien à voir avec Ella. Ici, pas d’adresse touristique tous les 20 mètres, mais la VRAIE vie locale. Des dizaines de petites échoppes bordent les rues très animées. 

Nos adresses. On tombera très vite sur LA bonne adresse : une petite boulangerie/patisserie sur la place principale le long de la route, où s’arrêtent les bus. Risara Bakery. Les snacks sont frais et délicieux. Parfait pour emporter ou pour le petit déjeuner. Et les propriétaires sont adorables. Pour manger le soir, c’est un peu plus compliqué. On a tenté l’adresse en face la gare. Après avoir attendu 40 minutes que l’on prenne notre commande, on quitte la table. On attérit quelques dizaines de mètres plus loin au Lettuce & Cabbage. Un endroit blanc aseptisé. Pas chaleureux mais aux prix raisonnables et aux plats corrects.

Tout juste sortis du train, un homme vient nous vendre son hôtel. On se laisse tenter. L’établissement, High Cliff à côté de la voie ferrée et du centre du village est simple mais bien placé (une nuit 2500 R). On s’installe rapidement et on prend le bus pour la Dambatenne Tea Factory (bus n°326, 60 R l’aller-retour). On ne visitera pas l’usine. Ce qui nous intéresse c’est la balade jusqu’au Lipton’s Seat. A sept kilomètres de là. Pour la petite histoire, ce point de vue tient son nom de Sir Thomas Lipton, propriétaire de cinq plantations de thé dans le pays. L’Ecossais avait l’habitude de contempler ses terres depuis cet endroit. “L’un des plus beaux points de vue dans les montagnes du Sri Lanka” (Routard 2017).

En marche jusqu’au Lipton’s Seat

Peu de personnes se lancent dans la marcheur le Lipton’s Seat depuis l’usine. Et pour cause les tuktuks offrent une alternative rapide. Mais nous ce qu’on veut, c’est d’abord profiter du paysage. On ne sera pas déçus. Tout le long des 7 km de montée sur une route goudronnée : des plantations de thé à perte de vue. EN-FIN ! A plusieurs reprises, on coupe les virages en épingle en traçant à travers les plantations. Devant nous, une horde d’écoliers prennent la route à pied pour rejoindre leur maison.

Haputale, Lipton's seatUn peu plus loin, on a la chance d’assister à une cérémonie hindouiste devant quelques maisons tamoules. Discrètement, sur invitation des quelques femmes, on s’approche et on observe. Au centre de la foule, des hommes en transe. L’un d’eux a une pique qui transperce ses deux joues et des crochets plantés dans le dos tirés par des ficelles. La scène est surréaliste. Il s’en dégage une telle ferveur. On se fait tout petit, conscients du privilège d’assister à une telle cérémonie. 

On poursuit notre marche. Tentant d’apercevoir quelques cueilleuses. Mais déjà, en milieu d’après-midi beaucoup on finit leur journée. La route est longue mais les paysages sont parmi les plus beaux que nous aillons vu jusqu’alors au Sri Lanka. Tellement photogénique. On s’approche du fameux point de vue. Mais la météo devient brumeuse. Aïe. On était prévenu, pour une vue dégagée mieux vaut venir avant 10h du matin… 

Au sommet la tranquillité des lieux disparait, voitures et tuktuks déversent des dizaines de touristes déçus, comme nous de ne pas pouvoir profiter de la vue. On fait une petite pause, avant de redescendre. A pied. Puisque finalement le vrai intérêt de cette belle marche ce sont ces merveilleuses plantations de thé.

BILAN
Haputale est un village sri lankais authentique. Ce n’est pas ici que vous profiterez de vos vacances autour d’une bière fraîche dans une ambiance musicale sympa. Non ici c’est la vie sri lankaise avec sa religion hindou et ses échoppes traditionnelles. Mais comme à Ella, il faut sortir du village pour apprécier la magie des lieux. Et côté plantations de thé, les panoramas offerts par la région d’Haputale sont pour nous nettement plus impressionnants que ceux d’Ella. Et vous, vous en pensez quoi ?

LE TRAIN KANDY -ELLA : LA VRAIE MAUVAISE IDÉE !
On l’avait lu partout : la ligne de train entre Kandy et Ella fait partie des plus belles du monde. Il ne nous en fallait pas plus pour marquer d’une croix rouge cette étape. On arrive à la gare de Kandy une heure avant le départ du train (train de 8h30). On fait la queue pour la 2nde classe. La 3e étant exclusivement réservé aux locaux. On n’est pas les premiers, devant nous une trentaine de personnes : que des touristes. Tous en quête d’authenticité. 
“No seat guaranted”. On le savait, le train fait le plein de passagers et ne se contente pas du nombre limité de places assises. Ça ne sera pas la première fois qu’on voyage debout. On va essayer de jouer des coudes en rentrant dans le train, avec un peu de chance… Notre ticket en main, on se dirige vers le quai. Notre première impression se confirme : nous ne serons pas les seuls touristes à bord du train. De chaque côté de la voie, plusieurs dizaines de voyageurs. Très peu de Sri Lankais. Le train arrive, ça se bouscule (le mot est faible) pour monter à bord. On a réussi. On est dans le couloir. impossible de bouger. Nous sommes tous collés les uns aux autres. Avec les sacs au sol, on ne peux même pas bouger un pied.
C’est partie pour 7h de trajet. On en passera 3h30 debout à ne pas pouvoir bouger un orteil. Etre collé à des locaux passerait encore… Folklore, authenticité, aventure ! Mais autour de nous quasiment pas de Sri Lankais. Mathieu a réussi a se dégager un passage jusqu’à la porte, il profitera un peu du paysage en discutant avec un retraité de la marine sri lankaise. 
Bilan : expérience très décevante. Changez vos plans ou préférez la ligne en sens inverse, éventuellement en période plus creuse. 

Categories: Sri Lanka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *